Télécharger l’article en pdf ici

.

Fréquenter des Lieux consacrés, en simple défroque, en observant un rituel précis et contraignant, en cohésion avec ses semblables de toutes origines, tels sont la vocation du Pèlerinage à La Mecque et le challenge des Musulmans qui aspirent à rencontrer leur Créateur en toute humilité.
Jérusalem, Bénarès, Lourdes, Saint Jacques de Compostelle, La Mecque, toutes les religions possèdent des lieux de pèlerinage où leurs fidèles se rendent volontiers, par attachement sentimental, pour se recueillir, pour se purifier, voire avec une espérance de guérison. Selon la tradition islamique, le pèlerinage à La Mecque a été perpétué à travers les âges,[1] notamment par le vénérable patriarche Abraham,[2]éminent prophète, reconnu autant par le Judaïsme et le Christianisme que par l’Islam.
Le Pèlerinage aux Lieux Saints (Hajj) est un pilier essentiel de l’Islam et non pas un simple voyage touristique ou un acte de dévotion surérogatoire, comme peuvent l’être la Visite Pieuse (Omra) (avec ses règles simplifiées) ou la visite de la Mosquée du Prophète (ص) à Médine.[3] C’est une obligation à réaliser, au moins une fois au cours de leur existence, par les Musulmans qui en ont la capacité physique et matérielle.[4] Comme pour les Offices quotidiens de Prière, le jeûne de Ramadhan et la Taxe Zakat, la démarche doit être volontaire et intentionnelle jusqu’à complète réalisation. C’est d’abord une sacralisation rituelle et vestimentaire qui est requise : Les pèlerins revêtent un uniforme composé de deux pièces de simple tissu, s’abstiennent d’avoir des rapports conjugaux, de chasser, de se parfumer, de se couper cheveux et ongles ou de s’épiler et se gardent des grossièretés et des disputes. On peut naturellement se laver et changer d’uniforme, sans autre restriction que de respecter les interdits, toute transgression volontaire entraînant une expiation par immolation d’une bête.
La sacralisation est également temporelle et géographique car, au cours de périodes déterminées, il faut fréquenter des sites dédiés. Le départ et la réalisation des rites ont lieu à des endroits précis, comme les circumambulations (tournées) autour de la Kaa’ba, certains Offices de Prière spécifiques, se désaltérer avec l’eau de Zamzam et cheminer entre As-Safa et Al-Marwa,[5] les séjours à Mina et la lapidation des stèles diaboliques,[6] l’escale à Mouzdalifa et le stationnement au Mont Arafat.[7] On ne quittera l’uniforme de pèlerin pour retourner à la vie civile qu’après après avoir immolé un animal, le jour de la Fête du Sacrifice, et s’être raccourci les cheveux. (N.B. : Le titre pompeux de « Hajj untel », que d’aucuns sont tentés de s’attribuer subséquemment, n’est qu’une innovation ridicule et sans fondement).
Le Pèlerinage doit être une remise à DIEU dans l’humilité et un partage communautaire fraternel. Compte tenu de l’affluence de pèlerins aux Lieux Saints, l’accomplissement des rites est particulièrement ardu et les comportements brutaux inconsidérés peuvent s’avérer meurtriers. Ils sont indignes de la part de croyants qui prétendent répondre à l’appel de Dieu, car il n’est en aucune façon louable de vouloir observer des rites au détriment de sa sécurité et de celle des autres.

[1] « La pierre Noire, venant du Paradis, était blanche comme du lait à l’origine et s’est noircie à cause des fautes des enfants d’Adam. » (At-Tirmidhy 7/49).
[2]  «Oui, la première Maison qui ait été désignée aux hommes c’est bien celle de Bakka (à La Mecque), bénie, pour la guidée des mondes. Là sont les signes évidents, où Abraham s’est tenu debout; et quiconque y entre est en sécurité. Il incombe aux hommes de faire pour DIEU le pèlerinage de la Maison, -à qui en a la voie. Et quiconque mécroit, alors DIEU est vraiment, à l’abri des mondes ! » (Coran 3 :96-97)
[3] Pour rendre hommage à l’illustre personnage et à ses pieux compagnons, en invoquant sur eux les bénédictions divines.
[4] « Et accomplissez pour DIEU le grand et le petit pèlerinages. Si vous êtes empêchés, alors envoyez une offrande qui vous soit facile. Et ne rasez pas vos têtes que l’offrande n’ait atteint son lieu d’immolation. Si cependant l’un d’entre vous est malade ou souffre d’une affection de la tête, qu’il se rachète alors par des jeûnes ou par une aumône ou par des offrandes. Puis, lorsque vous retrouvez la paix, alors, que quiconque jouit d’une vie normale, entre le petit et le grand pèlerinages, envoie une offrande qui lui soit facile ; s’il ne trouve pas, alors qu’il jeûne trois jours pendant le grand pèlerinage, et sept, une fois rentré, soit en tout dix jours. Cela, pour celui qui n’a pas de famille parmi les voisins de la sainte Mosquée. Et craignez DIEU. Et sachez que, oui, DIEU est dur de poursuite. Le pèlerinage touche les mois bien connus. S’y décide-t-on ? Alors, plus d’épouses, plus de perversité, plus de dispute, pendant le pèlerinage. Et le bien que vous faites, DIEU le sait. « Et prenez vos provisions ; mais vraiment la meilleure provision est la piété. Et redoutez-MOI, ô doués d’intelligence ! On ne vous fera pas grief d’aller en quête de quelque grâce de votre Seigneur. Puis, quand vous sortez d’Arafât, alors souvenez-vous de DIEU, près du Monument sacré. Et souvenez- vous de LUI comme IL vous a montré le chemin, quand même qu’auparavant vous étiez du nombre des errants. Puis, d’où que les gens sortent, sortez, et demandez pardon à DIEU. Oui, DIEU est pardonneur, miséricordieux. Et quand vous aurez achevé vos rites, alors souvenez-vous de DIEU comme vous vous souvenez de vos ancêtres, et plus vivement encore… » (Coran 2 :196-200)
[5] Relatives aux difficultés endurées au cours de leur émigration par Hajar (épouse d’Abraham) et son fils Ismaël.
[6] Relatifs au rejet par Abraham et Ismaël, des incitations du Diable à négliger une sommation éprouvante de DIEU.
[7] Relatif au désemparement d’Adam et Eve après leur sortie du Paradis, leur expatriation sur terre et leur séparation.
Advertisements

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.