Télécharger l’article en pdf ici

.

Tout le monde est bien conscient qu’à des fins électoralistes et limite discriminatoires, les politiciens de tous bords n’ont de cesse de courtiser le petit peuple cocardier. Il va sans dire que, pour ce faire, ils ne loupent pas la moindre occasion d’égratigner l’Islam et d’insulter ses fidèles en prétextant, mordicus, de ne fustiger que ceux qui sont les plus radicaux. Mon œil ! On peut légitimement se poser la question pourquoi, au lieu de dédaigner purement et simplement ces malotrus, certains Musulmans frileux poussent le masochisme jusqu’à se croire obligés de les convier à leurs festivités ?
Je suis sidéré de voir à quel point ceux qui prétendent nous régenter se croient tout permis et manquent de savoir-vivre. Vous, quand vous êtes invités à une cérémonie un tant soit peu officielle, même si vous n’en pensez pas moins, il ne vous viendrait pas à l’idée de critiquer tout haut la robe de la mariée, de dire que « la maîtresse de maison a des goûts de chiottes » ou de traiter les convives de « trous de balles ». Eh bien nos dirigeants politiques, eux, ça ne les dérange pas plus que ça de mettre les pieds dans le plat et de gâcher les festivités. Ces malappris poussent le vice jusqu’à profiter que les convives soient rassemblés et qu’on leur fasse une tribune pour tirer publiquement les oreilles de leurs hôtes.
L’ex-Premier Ministre François Fillon et l’actuel Ministre de l’Intérieur Manuel Valls sont les deux derniers goujats en date à s’être crus autorisés à donner des leçons de tolérance, de civisme et de laïcité au cours de cérémonies d’inauguration de mosquées. Au lieu de témoigner de l’empathie à l’assistance et de profiter de l’occasion pour tisser des liens d’amitié, ils n’ont pas pu s’empêcher d’être lourdingues. Et de condamner le fondamentalisme et l’Islam radical, et de blâmer les influences étrangères, et de menacer d’expulsion ceux qui défient les lois et les valeurs françaises, et de fustiger ceux qui nient le droit des femmes, et de promouvoir la panacée laïque, bla, bla, bla…[1]
La solution, pour l’avenir, ce serait la lettre de non-invitation, en recommandé avec accusé de réception : « Compte tenu des précédents constatés, nous avons l’honneur de ne pas vous inviter à l’inauguration de… ». Ce serait encore le meilleur moyen de garantir le minimum de considération réciproque à préserver entre la République laïque et les véritables représentants de l’Islam. Et puisqu’on y est, si les Ministres de la Police Nationale (= de l’Intérieur), au lieu d’opposer à tout bout de champ aux croyants une laïcité agressive et partisane, commençaient déjà par se l’infliger à eux-mêmes en cessant de s’ingérer dans les affaires religieuses, ça nous ferait un belle jambe. Tant qu’ils s’emploieront à imposer aux Musulmans en France des organisations dites représentatives à leur botte (CORIF ou CFCM) et à restreindre les pratiques extérieures islamiques, on ne pourra que conseiler de les « éviter » plutôt que de les « inviter ».

[1] « La République sera intransigeante avec ceux qui entendent la contester et je n’hésiterai pas à faire expulser ceux qui se réclament de l’islam et représentent une menace grave pour l’ordre public et qui, étrangers dans notre pays, ne respectent pas nos lois et nos valeurs »,. « Les prédicateurs de haine, les partisans de l’obscurantisme, les intégristes, ceux qui veulent s’en prendre à nos valeurs et à nos institutions, ceux qui nient les droits des femmes, ceux-là n’ont pas leur place dans la République. Ceux qui sont sur notre territoire pour défier nos lois, pour s’en prendre aux fondements de notre société n’ont pas à y rester » (Manuel Valls, le 27 septembre 2012 à Strasbourg). « ceux qui, par leurs actions, leurs paroles, dénaturent et abîment le message de l’islam dont ils prétendent, par ailleurs, avoir le monopole », « Il n’y a pas de place en France pour les groupements radicaux et pour leurs prédicateurs qui veulent importer la haine et la division », « La République, enfin, sera toujours aux côtés de celles et ceux, souvent seuls, qui, avec courage, tentent de se soustraire aux intégrismes, aux fausses coutumes, aux pratiques rétrogrades qui emprisonnent l’individu. Elle entend d’ailleurs être particulièrement attentive au strict respect des droits des femmes », « les rues ne peuvent pas être l’espace que la République consent à des fidèles pour la prière », « Il faut s’assurer que tous ceux qui s’adressent aux fidèles – et ils sont nombreux – ont une connaissance réelle et partagent les valeurs fondamentales du pays dans lequel ils s’expriment. Il est paradoxal que, dans une assemblée de fidèles, celui qui dirige la prière soit parfois celui qui a le moins d’ancienneté sur le territoire national, le moins de liens avec notre pays », « Je sais les liens qui existent entre de nombreux musulmans, souvent étrangers ou récemment naturalisés, avec leur pays d’origine. Mais notre responsabilité, c’est de progressivement construire un islam de France, un islam qui trouve pleinement ses racines dans notre pays ». (Manuel Valls, le 6 juillet 2012 à Cergy).  « L’ennemi de la cohésion nationale c’est le repli clanique, c’est le communautarisme et c’est l’intégrisme religieux qui en est l’une des formes les plus dangereuses. Toute religion peut être confrontée à des dérives et toute religion peut être défigurée par des personnes qui prétendent régler l’ensemble des relations et des comportements de la société en son nom. L’intégrisme n’a pas sa place dans une démocratie. L’intégrisme a encore moins sa place dans la République Française », « Mesdames et Messieurs, mes Chers Amis, il ne faut pas s’y tromper, en renvoyant une image sombre et sectaire, les personnes qui dissimulent leur visage, au prétexte de leur foi, sont consciemment ou non les opposantes à l’Islam de France que vous avez contribué à construire. L’Islam de France, l’Islam que vous vivez au quotidien n’a rien à voir avec cette caricature qui abaisse les lumières de votre foi. Il n’a rien à voir cet extrémisme qui méprise votre adhésion pleine et entière aux principes laïcs et républicains de la France. Et c’est pour cela que vous devez vous dresser au premier rang contre ce détournement du message religieux. C’est à vous, les premiers, de faire gagner l’intelligence contre l’obscurantisme, de faire gagner la tolérance contre l’intransigeance. »(François Fillon, le 28 juin 2010 à Argenteuil)
Advertisements

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.