Télécharger l’article en pdf ici

.

Au sein de la Communauté musulmane, on entend de plus en plus parler d’écoutes téléphoniques, de surveillance électronique (mails, sites web, blogs, comptes Facebook et Twitter), d’infiltration par des taupes de la Direction Centrale du Renseignement Islamique (DCRI), de caméras-espion dissimulées dans des mosquées, d’indics qui rendent compte de la teneur des sermons du Vendredi, de journalistes en immersion (équipés de caméras et de micros cachés), de Musulmans fraîchement convertis radicalement manipulés et de balances prêtes à se mettre à table à la moindre petite fringale. Les récents coups de filets au sein d’une clique crapuleuse, qui confondait islamisme fondamental et gangstérisme radical, vont évidemment contribuer à entretenir les amalgames mais pas seulement. Ils vont également finir par rendre les Musulmans paranoïaques au point d’en venir à se méfier de tous ceux qu’ils avaient l’habitude de côtoyer jusque dans les rangs des Offices de Prière. Misère !
Pas de quoi s’inquiéter quand on la conscience tranquille, me direz-vous, mais qui peut affirmer être totalement à l’abri des erreurs judiciaires, des machinations politiques à visées électorales, des bavures policières ou des coups de filets en aveugle ? On se demande sérieusement si nos conversations, nos plaisanteries et nos courriers les plus anodins ne seront pas un jour interprétés par des juges anti-terroristes comme un commencement de réflexion sur la possibilité de fomenter un complot islamiste et si nos ustensiles ou produits ménagers, de bricolage ou de jardinage ne nous seront pas présentés demain comme des éléments probants susceptibles d’entrer dans la composition d’engins mortels…
Il est de bonne guerre pour les services de police d’infiltrer les milieux supposés dangereux afin d’en vérifier la réelle nocivité pour la société et surtout de les neutraliser quand ils le sont effectivement. Ceci dit, compte tenu des résultats obtenus, on se demande si les officines de renseignement sont bien au fait des tâches qui leur sont confiées et si leur objectivité est vraiment totale quand elles usent de méthodes contestables envers certains groupuscules. C’est en particulier le cas quand on apprend, incidemment, que certains agents infiltrés se sont révélés être les principaux instigateurs des actes répréhensibles pour lesquels leurs « comparses » ont été incriminés ou éliminés !!!
Par ailleurs, sans rien excuser, il faut essayer de comprendre la psychologie de certains jeunes gens issus de milieux défavorisés qui ont flirté avec la délinquance voire la prison avant leur adhésion à l’Islam. Par ignorance et par rancœur, n’ayant pas de repères suffisants pour pratiquer convenablement leur nouvelle religion, il leur arrive de prendre l’initiative « d’islamiser » à leur façon leurs anciennes pratiques délictueuses, individuellement ou en bandes organisées, en cherchant à se donner bonne conscience : « Sur les mécréants c’est Halal (permis) ! ». Grossière erreur, car tout non-Musulman, Chrétien ou Juif, doit être respecté. Ceux-ci ne sont-ils pas potentiellement susceptibles de rejoindre la vraie foi et toute exaction à leur encontre n’aurait-elle pas pour conséquence de les en dissuader ?
Notre devoir de grands frères consiste donc à dissiper ces ignorances qui mènent nos jeunes coreligionnaires à leur perte, en les mettant plus particulièrement en garde contre ces pratiques répréhensibles (y compris islamiquement) que sont le gangstérisme et les trafics en tous genres. Il faut les prendre en charge fraternellement et leur faciliter l’accès aussi bien aux véritables enseignements islamiques qu’aux études profanes, au marché du travail, au mariage, à l’acquisition d’un logement et à tout ce qui les dissuadera de recourir aux expédients pour subvenir à leurs besoins légitimes. Et pour cela, il faut que nos mosquées ne se contentent plus d’être de simples oratoires ou des espaces nationalistes ou partisans. Elles doivent également remplir leur rôle de centre social idéal où les nantis aideront spontanément les plus défavorisés afin que ces derniers ne soient jamais tentés de retourner à l’erreur. « Celui qui ne se soucie pas des affaires des Musulmans n’est pas des leurs ».[1]
Advertisements

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.