Télécharger l’article en pdf ici

.

Pour les Musulmans, la bonne conduite et le bon caractère doivent être ou devenir des qualités primordiales. La bienfaisance n’est pas réservée qu’aux proches et on doit également en faire bénéficier sans distinction tous ceux qu’on côtoie, surtout quand ils sollicitent notre aide. Les animaux doivent également être l’objet d’attentions, particulièrement quand ils sont domestiques.
Selon les instructions du Prophète (ص), le bon caractère doit être de rigueur.[1] Ceux qui auraient le mauvais goût de ne pas être attentionnés envers leurs géniteurs (mère et père) doivent naturellement s’y astreindre.[2] Cette sollicitude doit s’étendre à ceux qui nous entourent dans tout ce qui est susceptible de les toucher.[3] Il faut bannir toute incivilité et être respectueux envers ceux qu’on est amenés à côtoyer, quand bien même ils ne partageraient pas nos convictions. La politesse veut qu’on adresse des salutations à ceux qu’on croise, qu’on les connaisse ou pas,[4] et exige qu’on demande la permission des propriétaires avant de pénétrer dans leurs demeures ou de disposer de leurs biens.[5]
On doit dispenser son aide ou pour le moins témoigner de la compassion à ceux qui sont en difficulté et qui souffrent et à plus fortes raisons lorsqu’ils nous sollicitent directement.[6] Les bons comportements envers les prochains sont assimilés à des actes de charité,[7] à condition évidemment d’être spontanés et désintéressés,[8] et les voisins les plus proches ne doivent pas être les derniers à profiter des libéralités.[9] La philanthropie islamique exclut évidemment cet égoïsme exécrable qu’aucun mobile ne saurait justifier, ni les difficultés, ni la neurasthénie chronique, ni le déficit d’éducation parentale. Quand on vise l’excellence, les seuls mots d’ordre sont : abnégation et partage.[10]
Tous les animaux, hormis ceux qui s’avèrent dangereux ou nuisibles,[11] doivent être respectés du fait qu’ils sont par nature soumis à DIEU devant LEQUEL ils se prosternent.[12] Ils vivent en communautés comme les humains (qui feraient mieux d’en prendre exemple) et seront comme eux rassemblés auprès de leur Créateur.[13] Qu’ils soient d’élevage, domestiques ou de compagnie, ce ne sont pas des jouets et ils doivent être traités conformément à leurs aptitudes.[14] A l’instar de ceux qui ont pris la responsabilité d’adopter des enfants, on doit leur manifester tout autant d’attention et de mansuétude.[15]
 En dehors de DIEU personne n’est capable de susciter ou de ressusciter la vie. On ne doit donc y mettre un terme qu’en cas de besoin, pour se nourrir ou pour se protéger,et non pour assouvir son bon plaisir.[16] Quand on en vient à les abattre on n’y procède qu’avec humanité, sans cruauté ni délectation aucune.[17]La chasse ne sera ainsi tolérée que pour s’alimenter, sans jamais être un divertissement ou un défouloir ; les combats d’animaux, la tauromachie sanguinaire et autres jeux de cirque qui tourmentent gratuitement des êtres vivants seront totalement prohibés par l’Islam[18] : Ceux qui ont des comportements cruels envers les bêtes, en leur pratiquant des mutilations par exemple, sont maudits[19] et l’Enfer s’emploiera à châtier les « maîtres » qui manquent à leurs responsabilités envers celles qui leur sont devenues dépendantes, matériellement ou sentimentalement.[20]

[1] « J’ai été envoyé pour parfaire les caractères » (Malik/Mouwatta 47/8). « Certes l’Envoyé de DIEU n’a jamais prononcé ou essayé de prononcer une chose malséante. Or c’est lui qui a dit : « Celui d’entre vous que j’aime le mieux est celui qui a les meilleures qualités. » (Boukhary 62/27/1 – 61/23/18 – 78/38/1 – 78/39/3).  « Rien ne pèsera plus lourd dans la balance (au jour du jugement) que le bon caractère » (Abou Dawoud 40/7).
[2] « Et quand Nous avons pris alliance des Enfants d’Israël ! « Vous n’adorerez que DIEU, et vous vous conduirez bien envers les père et mère ainsi qu’envers les proches et les orphelins et les pauvres ; ayez de bonnes paroles avec les gens; établissez l’Office et acquittez l’Impôt ! » -Et puis vous tourniez le dos, à part un petit nombre des vôtres, et vous vous esquiviez. » (Coran 2 :83). « Adorez DIEU et ne LUI donnez quelque associé que ce soit. De la bonté envers les père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le voisin apparenté et le voisin étranger, le proche compagnon et l’enfant de la route (le voyageur) et quiconque est esclave entre vos mains ! DIEU n’aime pas, en vérité, l’incorrigible présomptueux, plein de gloriole : ceux-là qui sont avares et ordonnent aux autres l’avarice et cachent ce que DIEU leur a donné de par Sa grâce, – mais Nous avons préparé pour les mécréants un châtiment avilissant, – » (Coran 4 :36). « Ils t’interrogent : « De quoi doit-on faire largesses ? » – Dis : « Quand vous faites largesses de bien, qu’il y en ait pour les père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, et l’enfant de la route. Et tout ce que vous faites de bien, vraiment DIEU le sait ». » (Coran 2 :215).
[3] « Le Prophète (ص) nous a ordonné sept choses et nous en a interdit sept autres. IL nous a ordonné de visiter le malade, de suivre les enterrements, d’adresser un souhait à celui qui éternue, d’accepter les invitations, de propager les salutations, de venir en aide à l’opprimé et de délier de ses engagements celui qui vous en conjure. Il nous a interdit le port de bagues en or, de boire dans de l’argent, le port des vêtements de qassy, de soie, de brocart, de satin et les coussins de selle en soie. » (Boukhary – 23/2/1 – 46/5/1 – 67/71/3 – 74/28/3 – 75/4/2 – 77/45/1 –  78/124/1 – 79/8/1).
[4] « Si on vous salue d’une salutation, saluez, vous, d’une meilleure ; ou rendez-la. Oui, DIEU est en toute chose demandeur de comptes. » (Coran 4 :86). « Donne à manger et salue ceux que tu connais et ceux que tu ne connais pas » (Boukhary 79/9/1). « Le meilleur Musulman est celui qui salue en premier » (Boukhary 79/9/2).
[5] Coran 24 :27, 28, 61.
[6] « Et quant au mendiant (demandeur), ne repousse pas. » (Coran 93 :10).
[7] « Toute bonne action est une aumône. » (Boukhary 78/33/1). «Une bonne parole, c’est une aumône » (Boukhary 78/34/1). « Chaque articulation du corps humain doit faire l’aumône chaque jour où le soleil se lève. Réconcilier deux personnes c’est une aumône. Aider un homme à enfourcher sa monture ou lui hisser ses bagages c’est une aumône. Dire une bonne parole c’est une aumône et tout pas effectué pour (un lieu) de Prière est une aumône. Montrer le chemin ou en écarter quelque objet nuisible est une aumône. » (Bukhary 56/72/1 – 56/128/1).
[8]  « Dis à ceux qui croient de pardonner à ceux qui n’espèrent pas aux journées de DIEU, afin qu’IL paie chaque peuple de ce qu’ils s’acquièrent : Quiconque fait oeuvre bonne, alors c’est pour lui-même; et quiconque agit mal, alors c’est contre lui-même. Puis vous serez ramenés vers votre Seigneur. » (Coran 45 :14-15). « Parole de bon ton et pardon valent mieux que charité suivie d’un tort. DIEU est à l’abri, LUI, patient. » (Coran 2 :263). « DIEU n’aime pas qu’on dise du mal à haute voix; seul le peut à qui on a manqué. Et DIEU demeure Celui qui entend, qui sait. Soit que vous fassiez du bien, ouvertement ou en cachette, soit que vous pardonniez un mal, DIEU reste maître d’absolution, capable, vraiment ! » (Coran 4 :148-149).
[9] « Le Prophète (ص) a dit : « Gabriel ne cessait de me recommander d’avoir des égards pour le voisin, à tel point que je crus qu’il l’inclurait dans la liste des héritiers (des défunts). » (Boukhary 78/28/1,2). « Par DIEU il ne croit pas ; par DIEU il ne croit pas ; par DIEU il ne croit pas. — Et qui donc, ô Envoyé de DIEU, lui demanda-t-on, ne croit pas » ? Il répondit : « C’est celui dont le voisin peut redouter la méchanceté ». » (Boukhary 78/29/1).
[10] « Aucun de vous n’a vraiment la foi s’il ne désire pour son prochain ce qu’il désire pour lui-même. » (Boukhary 2/6/1)
[11] (Boukhary 59/14/1 – 59/15/7-12 – 59/16/0-4)
[12] « N’as-tu pas vu que c’est devant DIEU que se prosternent tous ceux qui sont dans les cieux et tous ceux qui sont sur la terre, et le soleil, et la lune, et les étoiles, et les montagnes, et les arbres, et les animaux, ainsi que beaucoup de gens ? Il y en a aussi beaucoup contre qui le châtiment s’avère. Et quiconque DIEU avilit n’a personne qui l’honore. DIEU fait ce qu’il veut, vraiment ! » (Coran 22 :18).« Ô Messager d’ALLAH, avons-nous donc un salaire pour nos bonnes actions envers les animaux ? » Le Messager d’ALLAH (ص) répondit : « Il y a une récompense pour toute bonté envers toute chose vivante ». (Boukhary 42/9/1, 78/27/2). « Quand un Musulman a planté quelque chose, et qu’un homme ou un animal en mange le produit, cela lui est compté comme une bonne action » (Boukhary 78/27/5).
[13] « Nul être marchant sur la terre, nulle volaille volant de ses ailes qui ne soient comme vous en communautés ; – Nous n’avons, dans le Livre, rien manqué ; – puis, vers le Seigneur, ils seront rassemblés. » (Coran 6 :38).
[14] « Pendant qu’un homme était monté sur une vache, celle-ci se tourna vers son cavalier et dit : « Je n’ai pas été créée pour cela, j’ai été créée pour le labour ». « Je crois cela, » ajouta le Prophète (ص) » ». (Boukhary 41/4/1 – 60/54/6)
[15] Une prostituée (Boukhary 60/54/2) et un pêcheur seront récompensés pour avoir abreuvé des chiens errants assoiffés (Boukhary 42/9/1 – 46/23/1 – 59/17/2 – 78/27/2).
[16] « Et, sauf en droit, ne tuez personne que DIEU ait interdit ».(Coran  17 :33). « Et ils n’appellent pas d’autre dieu à côté de DIEU, et ne tuent, sauf à bon droit, âme que DIEU ait interdite. »(Coran 25 :68).
[17] « DIEU a prescrit l’excellence en toute chose. Si vous tuez, faites le convenablement et si vous égorgez faites-le avec soin : que l’on aiguise la lame et qu’on épargne à la bête la souffrance. » (Muslim 34/57/1)
[18] « J’étais auprès de Ibn-‘Omar. On passa auprès de jeunes gens – ou, suivant une variante, d’un groupe – qui avaient attaché une poule pour s’en servir de cible. Aussitôt qu’ils aperçurent Ibn-`Omar ils se dispersèrent. « Qui a fait cela ? s’écria Ibn-‘Omar. Le Prophète (ص) a maudit quiconque agirait ainsi ». » (Boukhary 72/25/2,3). Le Prophète (ص) a interdit d’organiser des combats entre animaux » (Tirmizhy n°1708, Abou Daoud, n°2562).
[19] « Le Prophète (ص) a maudit quiconque mutilerait un animal. » (Boukhary 72/25/4). « Le Prophète (ص) passant à proximité d’un âne marqué au fer sur le visage a dit « Qu’Allah maudisse celui qui l’a marqué ». (Mouslim)
[20] « Le Prophète (ص) a dit : « Une femme avait martyrisé une chatte en l’enfermant et en la laissant mourir de faim. A cause de cela cette femme est allée en enfer. Et il ajouta : «DIEU (ou le Gardien de l’Enfer), si je ne me trompe, lui dit : «Tu ne lui as pas donné à manger, ni à boire quand tu l’as enfermée, et tu ne lui as pas laissé la liberté d’aller chercher, pour se nourrir, de petits animaux sauvages ». » (Boukhary 42/9/2,3 – 60/54/19 – 59/16/5).
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.