Télécharger l’article en pdf ici
.
étouffementLes querelles entre Musulmans, tant entre individus qu’entre associations et mosquées, sont de plus en plus fréquentes et il n’est pas rare que les parties en présence fassent intervenir la Police et les Tribunaux pour mettre un terme à leurs différends. Le plus étonnant, c’est que ce sont le plus souvent les fautifs qui prennent l’initiative de porter plainte pour neutraliser leurs propres victimes. Ces dernières se trouvent généralement démunies, dans tous les sens du terme, devant des accusations abusives voire mensongères qui n’ont d’autre but que de les faire taire. Nombreuses sont les histoires sordides, auxquelles nous assistons ou qui nous sont rapportées, dans lesquelles bien peu s’immiscent, redoutant les manœuvres d’intimidation ou de répression démesurées de certains.
De plus en plus de scandales impliquant des muzz sont révélés par les médias et, quand bien même ça ne semble guère émouvoir leurs coreligionnaires, réjouissent les innombrables détracteurs de l’Islam. Mais ils s’en contrefichent car tout ce qui compte à leurs yeux c’est d’assouvir leurs penchants et d’arriver à leurs fins, en mettant tout en œuvre pour dissimuler ou minimiser leurs « casseroles » et en dégommant tous ceux qui ont le mauvais goût de les évoquer. Les seuls que ça perturbe, ce sont leurs « souffre-douleur » qui hésitent à exposer leurs démêlés dans l’espace public, de peur d’éclabousser leur religion, de nuire à leur réputation ou de se ruiner en procédures. Ils ont bien tort car ils laissent ainsi prospérer des canailles qui les narguent en abusant d’autres victimes et les font finalement passer pour des complices passifs lorsque leurs exactions sont dévoilées par d’autres.
Les conflits touchent tous les domaines, aussi bien la gestion administrative et financière des associations et des mosquées, la pseudo représentation officielle de l’Islam, les juteux business et contrôles du Halal, mais également les délits les plus divers comme les extorsions et détournements de fonds, l’abus de confiance, les faux en écriture, l’usurpation d’identité, la délation anonyme, le chantage, le harcèlement voire les attentats aux mœurs. Les réparties favorites de ceux qui sont incriminés sont le plus souvent les menaces et les plaintes en diffamation à l’encontre de leurs dépréciateurs, afin de les dissuader définitivement de dénoncer leur inconduite. Courageux mais pas téméraire, je ne me risquerai donc pas à désigner quiconque à la vindicte populaire et me contenterai d’allusions que chacun interprétera à sa guise. D’ailleurs, ces secrets ne seront sans doute pas impénétrables très longtemps car la vérité finit toujours par éclater à la gueule des bandits, tôt ou tard.
Un véritable Musulman ne combat ses ennemis qu’à la loyale, en n’usant jamais de menteries et de méthodes malhonnêtes, en ne produisant pas de preuves forgées ou de faux témoignages, comme certains se croient autorisés à le faire pour l’emporter sur leurs adversaires. Ils oublient un peu vite que la fin ne justifie jamais les moyens et que DIEU ne donne jamais (durablement) la victoire à ceux qui veulent faire prévaloir la fausseté sur la Vérité.[1] L’Histoire, et bien souvent notre propre expérience, nous apprennent que, même dans les cas les plus désespérés et quoiqu’il nous en coûte, on sort finalement vainqueur des pires situations quand on ne déroge pas aux principes islamiques. Quand on est sûr de son bon droit, on persiste imperturbablement dans ses engagements et on ne désespère pas de DIEU[2] Qui donne en fin de compte la réussite aux endurants.[3]
La neutralité n’est pas de mise. A chaque fois que c’est possible, quand on s’est forgé une opinion, on doit choisir son camp et prêter main forte à ceux qui sont à notre avis en droit contre leurs opposants, à plus fortes raisons quand ils ne disposent pas de moyens pour se défendre. On doit leur fournir une aide concrète, de façon visible ou plus discrètement si on redoute l’ostentation ou les pressions, et au minimum leur témoigner un soutien moral et des encouragements, comme nous y engage notre foi.[4]

[1] « Le droit s’en est venu, et le faux s’en est allé. Oui, le faux c’est ce qui s’en va » (Coran 17 :81). « Quatre choses, quand elles se rencontrent chez un individu en font un parfait hypocrite. Celui chez qui se trouve une seule de ces quatre choses sera atteint d’hypocrisie jusqu’au moment où il s’en sera débarrassé. Voici les quatre choses : Trahir la confiance que l’on a inspirée ; mentir quand on parle ; manquer à l’engagement pris ; être grossier lorsqu’on se dispute. » (Boukhary 2/24/1,2 –  46/17/1 –  52/28/2 –  55/8/0,1 –  58/17/1).
[2] « Et ne désespérez pas du repos (la non-intervention) de la part de DIEU. Ne désespèrent du repos la part de DIEU, vraiment que les mécréants ». (Coran 12 :87).
[3] « Et très certainement Nous vous éprouverons afin de savoir ceux d’entre vous qui luttent, ainsi que les endurants, et d’éprouver ce qu’il en est de vous. » (Coran 47 :31). « Comptez-vous entrer au Paradis sans que DIEU sache parmi vous ceux qui luttent, et qu’IL sache les endurants ? » (Coran 3 :142). « Dis :  » Ô Mes esclaves, les croyants ! Craignez votre Seigneur ! » A ceux qui ici-bas font le bien, un bien. La terre de DIEU est vaste, cependant. Rien d’autre : le salaire des endurants leur sera payé sans compter. » (Coran 39 :10).
[4] « Celui qui d’entre vous aperçoit une chose répréhensible qu’il la redresse de la main; s’il ne le peut, de sa langue; s’il ne le peut, de son coeur; cette dernière attitude constituant le degré le plus faible de la foi ». » (Muslim – Nawawy/40 Hadiths/34).
Advertisements

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.