Télécharger l’article en pdf ici
.
valse du cfcmA l’aune du « mariage pour tous », les partenaires du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) désertent tour à tour le lit conjugal pour faire chambre à part, en réclamant la séparation voire le divorce pour faute grave. Tous ceux qui sont allergiques à cette institution contre-nature ne sont nullement étonnés à ce qu’elle soit régulièrement le théâtre d’infidélités et de frasques. Rien qu’en analysant les motifs invoqués par les « ex » du CFCM, on se rend compte qu’en son sein la vie de couple est un échec permanent. D’aucuns invoquent que ce qui nuit à leurs idylles est le fait que les amants soient mal assortis, mais leur faillite conjugale ne serait-elle pas plutôt imputable à des torts partagés et répétitifs ? Les cocus ne peuvent même pas invoquer le tempérament volage de leurs coéquipiers puisqu’ils n’étaient pas sans l’ignorer, et eux-mêmes sont loin d’être exemplaires…
A l’aune du « Ramadan pour tous », la plupart des passagers du CFCM ont « idéologiquement » quitté le navire, y compris le nouvel amiral Boubakeur qui préfère prendre du bon temps dans les tavernes de la République que de suivre les procédures hasardeuses concoctées par les conseillers en communication de l’ex-capitaine Moussaoui. Son cafouillage et ses ordres contradictoires à l’occasion du signal de départ du présent Ramadan (« on part, on ne part pas ») montrent bien l’ambiguïté du personnage. Après avoir jeté à la baille les mutins et les islamistes qui composaient la majeure partie de son équipage, le bateau CFCM est désormais livré à lui-même et vogue à vau-l’eau à travers les mers et les océans, sans cap précis. Même si le pavillon français est hissé de temps à autres en haut du mât principal, d’autres couleurs y flottent à tour de rôle indiquant clairement que nos corsaires de fortune sont prêts à se vendre au commanditaire le plus offrant. Patience, car de complots en trahisons, d’écueil en écueil, le rafiot finira bien par s’échouer dans une crique déserte où l’épave et ses derniers occupants moisiront, inchaALLAH.
A l’aune du « printemps des Mosquées », de plus en plus de Musulmans condamnent l’absence de représentativité et de débat « démocratique » au sein de leur Communauté, tout comme l’ingérence des Pouvoirs Publics français ou des pays d’origine dans les affaires islamiques. Des initiatives sont prises par-ci par-là, certaines sérieuses et d’autres beaucoup moins, supposées s’attaquer à ces maladies endémiques. En effet, pour réussir un plat il ne suffit pas d’en posséder la recette. Il faut non seulement être en mesure de réunir tous les ingrédients nécessaires mais aussi, sans trop de casseroles (au sens propre et au figuré), démontrer son savoir-faire en concoctant un mets appétissant. Nonobstant, il faut être conscient que si on n’est pas plus compétent que ceux qu’on veut déloger et qu’on ne fait que les plagier, si on n’a pas de projets concrets et qu’on se contente de faire du racolage sélectif sans chercher la concertation avec toutes les composantes musulmanes, c’est voué à l’échec à plus ou moins long terme. En ce sens, la Mosquée de Lyon dont le récent projet d’opposition « Mosquées Musulmans Solidaires » fait un bide total, devrait bientôt redevenir « mosquée solitaire ».
La cause principale de l’échec du CFCM, ce sont les excès de jalousie dont font preuve les joyeux drilles qui le composent et qui se résument à « pourquoi lui et pas moi ? ». Car l’objectif principal de nos diplômés es Préfectures consiste à se faire admettre au « dirty dancing » pour pouvoir solliciter une « Valls » à la reine du bal et plus si affinités (une médaille en chocolat ?). Les soirées sont organisées par le Bureau des Cultes du Ministère de l’Intérieur lequel, pour promouvoir sa politique musulmane très personnelle, se charge gracieusement du ramassage des poubelles, du tri sélectif et de la récupération des déchets. La carrière de certains hauts fonctionnaires serait, selon la rumeur,  indexée sur leur aptitude à accomplir ce recyclage très profitable à la République.
Parmi les autres causes d’échec du CFCM, c’est d’abord que « tout le monde veut commander et que personne ne veut obéir » et que chacun pense que, comme le dit l’adage, « mieux vaut être le premier dans son village que le deuxième à Rome ». Ensuite, ce sont ces sacrées rivalités qui se perpétuent au delà des alliances surnaturelles, dès qu’il est question de protéger son pré carré et son petit business personnel. Après, c’est la quête éperdue de reconnaissance sociale pour tous ceux qui, à défaut de compétence professionnelle, ne peuvent arguer que de leurs responsabilités islamiques. Et encore, c’est le ralliement systématique aux oukases politico-religieux émis par les gouvernements des pays d’origine ou leurs mouvements d’opposition. Enfin, c’est le manque de convictions et le défaut de véritable implication dans les missions incombant à un organisme islamique digne de ce nom. Le CFCM n’est pas le dernier salon où l’on cause et où l’on traite de choses intelligentes mais c’est certainement, surtout pour les médiocres, le premier club mondain où il faut être vu et entendu.
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.