Télécharger l’article en pdf ici

.

wc du bledLes Musulmans doivent s’efforcer de modeler au mieux leurs comportements sur celui de leur Prophète de référence, Mohammed (ص) dans de nombreux domaines. Comme DIEU n’impose à personne l’irréalisable, les bonnes volontés trouveront toujours le moyen de pratiquer les préceptes de leur religion, même les plus ardus, d’autant plus que nombre d’accommodements permettent d’y satisfaire pleinement.
Afin d’établir une relation privilégiée avec l’ÉTERNEL, le Coran incite à respecter strictement les injonctions divines (obligations et interdictions), à s’encourager à s’adonner résolument aux actes de dévotions[1] comme la prière, le jeûne, la charité, le pèlerinage, et à imiter en priorité les pratiques de l’Envoyé de DIEU (ص),[2] sans pour autant tomber dans l’obsession. Pour sacraliser la vie courante autant que faire se peut, le Prophète de l’Islam (ص) a recommandé de se livrer à des surérogations, notamment dans les pratiques rituelles, en privilégiant certains usages et comportements,[3] comme de faire précéder nombre d’actes profanes par des invocations religieuses[4] ou de donner la préséance à la droite pour manger, boire, se vêtir, se chausser, dormir.[5]
Pour faciliter l’accès à l’Islam et à ses pratiques, certains aménagements personnels et collectifs seront généralement admis. Par exemple, en cas de danger ou de nécessité, il sera possible en son âme et conscience de surseoir momentanément aux obligations ou interdictions embarrassantes, voire de les compenser lorsque leur observation s’avère impossible.[6] Plus précisément, bien que les Offices de Prière soient prescrits à des moments précis de la journée,[7] ils pourront être raccourcis, rassemblés, avancés ou retardés en cas de voyage, de maladie, d’affrontement guerrier ou autres empêchements[8] et, pour des raisons similaires, le jeûne obligatoire du mois de Ramadan pourra être différé ou indemnisé.[9] En ce sens, eu égard à la fébrilité durant leurs périodes de menstruation et de lochies, la gent féminine sera temporairement dispensée de certains devoirs religieux.[10] Pour réparer leurs manquements et à condition d’en avoir les moyens, ceux qui sont atteints d’affections incurables s’acquitteront de réparations financières symboliques.
En Islam, la politesse et les salutations sont de rigueur, à tel point qu’il incombe de manifester de la compassion jusqu’envers ceux qui éternuent alentour.[11] Il faut être des plus attentionnés, non seulement pour l’entourage familial mais également pour les voisins quels qu’ils soient, à plus fortes raisons lorsqu’ils sont affectés par la maladie ou la mort auxquelles tout un chacun doit évidemment compatir.[12] La finalité est de rendre grâces à DIEU en toutes circonstances, sans discontinuer, pour les innombrables faveurs, apparentes et latentes, qu’IL accorde à l’humanité et d’éviter ainsi de trop s’écarter du bon chemin qui mène à LUI.

[1] « Certes oui, l’homme est en perdition ! Sauf ceux qui croient, et font oeuvres bonnes, et s’enjoignent entre eux le droit et s’enjoignent entre eux la patiente endurance. » (Coran 103 :2-3).
[2] « Il demeure très certainement dans le Messager de DIEU un beau modèle pour vous, pour quiconque espère en DIEU et au Jour dernier et qui se rappelle DIEU beaucoup » (Coran 33 :21).
[3] « On apporta un plat à l’Envoyé de Dieu (ص) qui avait avec lui son beau-fils, Omar ben Abou Salama : « Invoque Dieu, lui dit le Prophète, et mange ce qui est devant toi. » (Boukhary 70/2/1 – 70/3/2). « Il y a cinq choses de nature primordiale : la circoncision, le fait de se raser le pubis, de s’épiler les aisselles, de se couper les ongles et de se tailler la moustache. » (Boukhary 77/63/2 – 77/64/2 – 79/51/1).
[4] Invocations au coucher et au lever (Boukhary 80/6/1 – 80/7/1 – 80/8/1 – 80/9/1 – 80/12/1) ,  aux toilettes (Boukhary 4/9/1), au moment de manger et de boire (Boukhary 70/54/1,2 – 81/17/1), au cours de la sexualité (Boukhary 4/8/1 –  59/11/4,15 – 67/66/1 – 80/54/1), etc.
[5] « Le Prophète (ص) commençait par le côté droit autant que possible, qu’il s’agît de faire ses ablutions, de mettre ses chaussures ou de laisser tomber sa chevelure. » (Boukhary 77/77 – 70/5/1 – 77/38/1 – 77/39/1 – 4/31/2 – 8/47/1). « Le Prophète (ص) me dit : «  mange de la main droite. » (Boukhary 70/4/1). « On apporta à l’Envoyé de Dieu (ص) du lait coupé d’eau au moment où il avait à sa droite un bédouin et à sa gauche Abou Bakr. Il but puis il passa le reste au bédouin en disant : «  à droite puis à droite de la droite. » (Boukhary 74/18/0,1 – 51/4/1 – 74/14/1). « Quand l’Envoyé de Dieu (ص) allait se mettre au lit, il se couchait sur le côté droit ». (Boukhary 80/9/1)
[6] « Celui qui est en détresse mais ni rebelle ni transgresseur, pas de péché sur lui. Oui, DIEU est pardonneur, miséricordieux. » (Coran 2 :173 et aussi 5 :4 – 6 :145 et 16 :115).
[7] « Oui, l’Office demeure, pour les croyants, une prescription à temps marqués. » (Coran 4 :103).
[8] « Et quand vous vous lancez de par le monde, on ne vous fera pas grief de raccourcir l’Office si vous craignez que les mécréants vous mettent à l’épreuve, (Coran 4 :101). « Le Prophète (ص) a prié les offices de midi et de l’après-midi réunis et les offices du soir et de la nuit ensemble sans qu’il n’ait rien à redouter ni ne soit en voyage.» « Le Prophète (ص) a réuni à Médine les offices de midi et de l’après-midi et les offices du soir et de la nuit sans qu’il n’ait rien à redouter ni de pluie. On lui demanda pourquoi. Il répondit : « pour qu’il n’y ait pas de difficulté pour ma communauté » (Sunan An-Nasa’i 4/46,47).
[9] « Ho, les croyants ! On vous a prescrit le jeûne, comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, -peut-être serez-vous pieux ! Pendant des jours comptés. Donc, quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, alors qu’il compte d’autres jours. Mais pour ceux qui pourraient le supporter, il y a une rançon : la nourriture d’un pauvre. Et si quelqu’un fait plus, c’est bien, pour lui ; mais il est mieux pour vous de jeûner, si vous saviez ! C’est dans le mois de Ramadân qu’on a fait descendre le Coran, comme guidée pour les gens, et en preuves de guidée et de discernement. Donc, quiconque d’entre vous est présent à ce mois, qu’il le jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il compte d’autres jours ; – DIEU veut pour vous la facilité, IL ne veut pas pour vous la difficulté, mais que vous en accomplissiez bien le nombre et proclamiez la grandeur de DIEU pour ce qu’IL vous a guidés. Peut-être serez-vous reconnaissants ! » (Coran 2 :183-185).
[10] La femme qui a ses menstrues ne doit pas accomplir la Prière… « Quand nous avions nos menstrues du temps du Prophète (ص), il ne nous a jamais ordonné de remplacer la Prière » (Boukhary 6/20/0,1).
[11] « Le Prophète (ص) nous a ordonné sept choses et nous en a interdit sept autres. Il nous a ordonné de visiter le malade, de suivre les enterrements, d’adresser un souhait « que DIEU te fasse miséricorde » à celui qui éternue, d’accepter les invitations, de propager les salutations, de venir en aide à l’opprimé et de délier de ses engagements celui qui vous en conjure. Il nous a interdit le port de bagues en or, de boire dans de l’argent, le port des vêtements de qassy, de soie, de brocart, de satin et les coussins de selle en soie. » (Boukhary – 23/2/1 – 46/5/1 – 67/71/3 – 74/28/3 – 75/4/2 – 77/45/1 –  78/124/1 – 79/8/1). « Si on vous salue d’une salutation, saluez, vous, d’une meilleure ; ou rendez-la. Oui, DIEU est en toute chose demandeur de comptes. » (Coran 4 :86). « Donne à manger et salue ceux que tu connais et ceux que tu ne connais pas » (Boukhary 79/9/1). « Le meilleur Musulman est celui qui salue en premier » (Boukhary 79/9/2).
[12] Le Prophète (ص) a dit : « Gabriel ne cessait de me recommander d’avoir des égards pour le voisin, à tel point que je crus qu’il l’inclurait dans la liste des héritiers (des défunts). » (Boukhary 78/28/1,2). « Un jeune Juif, qui était au service du Prophète (ص), tomba malade. Le Prophète (ص) vint le voir, s’assit au chevet de son lit… » (Boukhary 23/80/2 – 75/11/1). « Un convoi funèbre venant à passer devant nous, le Prophète (ص) se leva et nous en fîmes autant; puis nous lui fîmes observer que c’était le convoi d’un Juif. « Lorsque vous verrez un convoi funèbre (quel qu’il soit), levez-vous, » dit-il. » (Boukhary 23/50/1,2).
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.