Télécharger l’article en pdf ici

.

égalité HFHormis pour les esprits retors, les différences entre les hommes et les femmes sont si évidentes qu’ils ont tout intérêt à rester complémentaires. Et ce n’est pas parce que le beau sexe est discriminé que les féministes sont en droit de  réclamer de l’égalité et de la parité,  surtout à tort et à travers.

Le sucre est plus sucré que le sel et le sel est plus salé que le sucre. Ils sont à la fois différents et complémentaires, et personne n’a l’idée saugrenue de chercher à en modifier les propriétés pour les rendre identiques. Il est tout aussi absurde d’opposer les hommes et les femmes en termes de supériorités et d’infériorités en faisant abstraction de leurs différences physiques et psychologiques. Pour preuve, il ne se trouve aucune sportive de haut niveau, surpassant pourtant nombre d’hommes dans des disciplines exigeant force et endurance, pour souhaiter rallier les compétitions masculines et concourir avec leurs champions.
Depuis les temps les plus reculés, sans doute à cause de leurs dispositions naturelles réciproques, il a incombé à l’homme de protéger et d’assurer la subsistance de sa famille et à sa compagne d’élever les enfants.[1] L’Islam est bien souvent considéré comme rétrograde en la matière mais, curieusement, le Coran se révèle plus libéral[2] que la Bible.[3] Non seulement, il n’y aura pas de règles précises sur la répartition des tâches au sein du domicile conjugal[4] mais les femmes auront toute latitude, en respectant la bienséance, d’exercer des responsabilités dans de nombreux domaines professionnels et politiques.[5] Ainsi, après la mort du Prophète (ص), son épouse Aïcha délivrait-elle des consultations juridiques sur différents sujets.[6]
Dans beaucoup de domaines, encouragées par les mouvements féministes et la démagogie politique, les femmes sont poussées à concurrencer les hommes à coups de parité et de discrimination positive. Pourtant, il est indéniable que cette course idiote à l’égalité des sexes ne fait qu’attiser les rivalités stériles et les querelles de couples. Et pour les « meufs » la partie est loin d’être gagnée car elles devront prodiguer encore beaucoup d’efforts avant de pouvoir s’affranchir des « dînettes et poupées » versus « camions de pompier et pistolets » de leur enfance et d’échapper aux stéréotypes « maquillage et régime » versus « footing et musculation ».
Alors que les parlements modernes s’emploient de plus en plus activement à gommer le caractère délictueux et immoral de l’homosexualité, les religions persévèrent à la considérer contre nature. En ce sens, afin de conserver à chaque sexe ses spécificités, le Prophète Mohammed (ص) a formellement défendu aux hommes d’être efféminés et aux femmes d’être hommasses,[7] poussant la dissuasion jusqu’à menacer de graves sanctions les pratiques homosexuelles perpétrées ostensiblement dans l’espace public.[8]
L’Islam insiste fortement sur le bon traitement à accorder aux femmes, en recommandant d’être conciliant envers leurs faiblesses.[9] Il juge méprisable l’égoïsme et la brutalité des « machos » et encourage au contraire les délicates attentions envers le « sexe faible ».[10] L’excès est mauvais en tout, autant dans le machisme de ceux qui profitent de leur force pour avilir leurs compagnes que dans le féminisme outrancier qui pousse celles-ci à l’irraisonnable et à la provocation.[11] L’équilibre familial reposera donc sur les efforts de chacun à rechercher une véritable complémentarité en faisant fi d’une égalité complètement utopique.

[1] « Chacun de vous est un berger et chacun de vous est responsable. Le pontife suprême est un berger et il est responsable; l’homme est un berger pour sa famille et il est responsable; la femme est une bergère pour la maison de son mari et de ses enfants et elle est responsable; l’esclave est le berger du bien de son maître et il est responsable. Ainsi chacun de vous est un berger et chacun de vous est responsable. » (Boukhary 67/86/1 – 67/90/1 – 55/9/2 – 43/20/1 – 93/1/2).
[2] « Et par ce qu’IL a créé mâle et femelle ! Certes oui, vos efforts sont divergents. » (Coran 92 :3,4). « Les hommes sont des directeurs pour les femmes, à cause de l’excellence qu’entre eux DIEU accorde aux uns sur les autres, ainsi que de la dépense qu’ils font de leurs biens. Les femmes de bien sont celles qui sont de dévotion, qui protègent, même dans l’invisible, ce que DIEU a protégé. » (Coran 4 :34). «…elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément au bon usage. Mais les hommes ont le pas sur elles. Et Dieu est Puissant, Sage. » (Coran 2 :228)
[3] « Femmes, soyez soumises à vos maris car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église». (Epître aux Ephésiens 5 :2).  « Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que DIEU est le chef de Christ. » (I Corinthiens 11 :3)
[4] Le Prophète Mohammed (ص) a montré qu’il n’y avait rien de dégradant à participer aux tâches ménagères puisque lui-même s’y adonnait. « Il semblait être en domesticité chez les siens (à leur service) ». (Boukhary 10/44/1 – 78/40/1).
[5] Les femmes sont infirmières même pour les hommes (Boukhary 6/23/1 – 25/81/3 – 56/65,67,68 – 76/2/0,1). Elles participent à la guerre (Boukhary 56/63/1, 56/75/1 – 56/93/1 – 67/3/1). Oum Waraqa bint Nawfel fut même autorisée par le Prophète (ص) à diriger l’Office devant ses gens de maison. (Abou Daoud 2/61/1,2).
[6] Concernant les rites du Pèlerinage à La Mecque par exemple. (Boukhary 73/15/1)
[7]  Le Prophète (ص) a prononcé la malédiction contre les hommes efféminés et contre les femmes aux allures masculines et il a dit : « Chassez-les de vos maisons. » » (Boukhary 77/61/1 – 77/62/1 –  86/33/1– 67/113/1 – Abou Dawoud 30/28)
[8] « Ceux que vous trouverez agissant à l’instar du peuple de Loth, tuez l’actif et le passif » (Abou Daoud 37/28/1)
[9] « Le plus parfait des croyants en fait de foi est celui qui a le meilleur caractère et les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes. » (Tirmizhy 10/11).  « Tenez-vous en donc à la recommandation de bien traiter les femmes. Elles ont été créées d’une côte, et dans une côte c’est la partie supérieure qui est la plus recourbée. Si vous essayez de la redresser, vous la brisez, et si vous la laissez, elle continue à rester recourbée. Recommandez donc d’être bon envers les femmes. » (Boukhary 67/80/1 – 67/79/1).
[10] « Au cours d’une expédition du Prophète (ص) un jeune homme, nommé Andjacha, conduisait les chamelles des femmes. « Doucement, ô Andjacha, lui cria le Prophète (ص), tu as un chargement de verreries ». Il voulait parler des femmes. » (Boukhary 78/116/1-3 – 78/90/5 – 78/95/3 – 78/111/2) « Tu ne dépenseras rien pour l’entretien des tiens sans en être récompensé si tu as eu en vue l’amour de DIEU. Tu seras même récompensé pour la bouchée que tu auras mise dans la bouche de ta femme. » (Boukhary 2/41/3 – 23/37/1).  « Pourquoi l’un de vous frappe-t-il sa femme comme un chameau ou comme un esclave alors qu’un instant après il va l’embrasser ? » (Boukhary 67/93/1 – 78/43/1)
[11] « Les femmes des Arabes du désert enseignaient à leurs filles à mettre leurs maris à l’épreuve. La mère disait à sa fille : « Expérimente ton mari avant de faire la fière et l’insolente avec lui : enlève le fer à la partie inférieure de sa lance, s’il se tait, use de son bouclier pour y couper la viande ; s’il se tait encore, casse les os avec son sabre et s’il garde encore le silence, mets-lui un bât sur le dos et monte dessus, car il n’est alors autre chose que ton âne » (Al Ghazâlî – Vivification des sciences de la foi 17/3/4).
Advertisements

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.