Télécharger l’article en pdf ici
.

charpenteL’Islam, par ses principes et ses exigences, repose sur de solides fondations destinées à aider ses adeptes à surmonter les contingences de la vie terrestre. Émanant d’une Autorité indiscutable, ses préceptes qui traitent de façon pédagogique l’ensemble des aspects de l’existence humaine ne peuvent être que d’intérêt général.
La foi islamique requiert de croire en ALLAH, LE DIEU unique, en Ses Anges, en Ses Livres révélés, en Ses Envoyés, à la Résurrection après la mort, au Jour du Jugement Dernier, qu’il existe un Paradis et un Enfer et que la destinée, bonne ou mauvaise, vient de DIEU.[1] Cinq piliers principaux la charpentent qui n’ont rien de théoriques puisque seul celui qui y adhère sans réserves, en adoptant un comportement approprié et en s’adonnant à des pratiques rituelles assidues, pourra s’estimer véritablement Musulman.
L’adhésion à l’Islam n’est effective que pour celui qui reconnaît l’unicité d’ALLAH, LE DIEU unique et la prophétie de Mohammed (ص) Son dernier et ultime Envoyé, qui effectue cinq Offices solennels de Prière à différents moments du jour précédés d’ablutions, qui s’astreint chaque année à une période de jeûne et d’abstinence durant les journées du mois de Ramadan, qui purifie son épargne et ses biens thésaurisés par une taxe (appelée Zakat) destinée principalement aux nécessiteux, et projette dès qu’il en a l’opportunité, de se rendre au Sanctuaire et aux Lieux Saints de La Mecque pour  y accomplir divers rites commémoratifs.[2]
En éduquant les individus spirituellement et moralement, les prescriptions islamiques engendrent des retombées matérielles, économiques et sociales bénéfiques pour la collectivité.[3] Un Musulman est censé privilégier le bien[4] en se conformant aux diverses obligations et interdictions[5] mais aussi en se comportant en bon citoyen, avec civisme et loyauté, sans commettre de nuisances ni « profiter du système ». Les actes ne sont pas tous d’égale valeur car classés, islamiquement parlant, interdits ou obligatoires, déconseillés ou recommandés, sinon indifférents.[6] Certaines entorses aux injonctions divines ou prophétiques sont laissées à l’appréciation de DIEU et de ceux qu’on a lésés, mais les infractions graves seront passibles de châtiment, ici-bas et/ou dans l’au-delà.[7]

[1] « Le Messager a cru en ce qu’on a fait descendre vers lui de la part de son Seigneur. Tout comme les Croyants : tous ont cru en DIEU et en Ses Anges et en Ses Livres et en Ses Messagers : « Nous ne faisons de différence entre aucun de Ses Messagers. » – Et ils ont dit : « Nous écoutons et nous obéissons. Ton pardon, Seigneur ! C’est vers TOI qu’est le devenir ». » (Coran 2 :285). « Oui, toute chose. Nous l’avons créée avec mesure (détermination). »  (Coran 54 :49). « Ho, les croyants ! Croyez en DIEU et en Son Messager, au Livre qu’IL a peu à peu fait descendre sur Son Messager, et au Livre qu’auparavant IL a fait descendre en bloc. Quiconque mécroit en DIEU et en Ses Anges et en Ses Livres et en Ses Messagers et au Jour dernier, eh bien il s’égare loin dans l’égarement ! » (Coran 4 :136). « Ce n’est pas charité que de tourner vos visages vers l’Orient ou l’Occident. Mais c’est charité, oui, que de croire en DIEU et au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux Prophètes, de donner de son avoir, pour l’amour de DIEU, aux proches, aux orphelins, aux pauvres, à l’enfant de la route et aux mendiants, et pour délier les jougs, et d’établir l’Office et d’acquitter l’impôt. Et ceux qui remplissent leurs pactes lorsqu’ils en ont fait, ceux qui sont endurants dans l’adversité, la détresse, et lors de la guerre, les voilà les véridiques ! Et les voilà les pieux ! » (Coran 2 :177). « Toute âme goûtera la mort. Et Nous vous éprouverons de tentation, en mal et en bien. Et vers Nous vous serez ramenés. » (Coran 21 :35).  « Qu’un bien les atteigne, ils disent : « C’est de la part de DIEU ». Qu’un mal les atteigne, ils disent : « C’est de la part de toi. » -Dis : « Tout est de DIEU. » Mais qu’ont-ils, ces gens, à comprendre à peine un mot ? Tout bien qui t’atteint serait de la part de DIEU, et tout mal qui t’atteint serait de ta part à toi ? Et Nous t’avons envoyé aux gens comme messager. Et quel suffisant témoin que DIEU ! » (Coran 4 :78,79). « Et ce qui vous atteint de quelque atteinte, c’est pour ce que vos mains se sont acquis. Et IL pardonne beaucoup. » (Coran 42 :30). « Et quand Nous faisons goûter miséricorde aux gens, ils en exultent. Et si un malheur les atteint, à cause de ce que leurs propres mains ont préparé, voilà qu’ils désespèrent. N’ont-ils pas vu que DIEU étend la portion sur qui IL veut ? Qu’IL mesure aussi ? Voilà bien là des signes, vraiment, pour les gens qui croient. » (Coran 30 :36-37). « Omar rapporte… : « Informe-moi au sujet de la foi. – C’est, répliqua le Prophète (ص), de croire en DIEU, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Envoyés, au Jour (du jugement) Dernier et de croire que la destinée, bonne ou mauvaise, vient de DIEU. » (Mouslim 1/1/1 – Nawawy/40 Hadiths/ 2)
[2] « Les fondements de l’Islam sont au nombre de cinq : L’attestation qu’il n’est pas de divinité si ce n’est Allah et que Mohammed est l’Envoyé d’Allah, l’accomplissement de l’Office de prière, le versement de le Taxe Zakat, le Pèlerinage à La Mecque et le jeûne du mois de Ramadan ». » (Boukhary 2/1/1 – Nawawy/40 Hadiths/3).  « L’Islam est que tu témoignes qu’il n’est pas de divinité si ce n’est Allah et que Mohammad est l’Envoyé d’Allah; que tu accomplisses les Offices de Prière; que tu verses la Taxe Zakat; que tu jeûnes le mois de Ramadan et que tu effectues le pèlerinage vers la Maison Sacrée si tu en as la possibilité. (Mouslim 1/1/1 – Nawawy/40 Hadiths/2). « « O Envoyé de DIEU, informe-moi des obligations que DIEU m’impose au Sujet de la Prière. – Cinq Offices de Prière, répondit-il, mais tu peux volontairement en ajouter d’autres. – Informe-moi des obligations que DIEU m’impose au sujet du jeûne. – Le jeûne du mois de ramadan, mais tu peux volontairement jeûner davantage. – Indique-moi les obligations que DIEU m’impose au sujet de la Taxe Zakat ». L’Envoyé de DIEU (ص) lui indiqua ainsi toutes les prescriptions islamiques (sur le sujet) ; alors le Bédouin s’écria : « J’en jure par celui qui t’a honoré, je ne ferai rien volontairement, mais je ne diminuerai rien des obligations que DIEU m’impose. » L’Envoyé de DIEU (ص) dit alors : « Cet homme sera un bienheureux s’il est sincère – ou, suivant une variante, il entrera dans le paradis, s’il est sincère ».» (Boukhary 90/3/2 – 52/26/1- 2/34/1 – 3/6/4 – 24/1/3- 30/1/1).
[3] « Ce n’est pas charité que de tourner vos visages vers l’Orient ou l’Occident. Mais c’est charité, oui, que de croire en DIEU et au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux Prophètes, de donner de son avoir, pour l’amour de DIEU, aux proches, aux orphelins, aux pauvres, à l’enfant de la route (voyageur) et aux mendiants, et pour délier les jougs (les esclaves), et d’établir l’Office et d’acquitter l’Impôt Zakat. Et ceux qui remplissent leurs pactes lorsqu’ils en ont fait, ceux qui sont endurants dans l’adversité, la détresse, et lors de la guerre, les voilà les véridiques ! Et les voilà les pieux ! » (Coran 2 :177)
[4] « Riposte le mal par quelque chose qui soit plus joli. » (Coran 23 :96)
[5] « Que soit, parmi vous, une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable et interdise le blâmable. Car les voilà les gagnants. » (Coran 3 :104). « Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes : vous ordonnez le convenable et vous interdisez le blâmable et vous croyez en DIEU. » (Coran 3 :110)
[6] « Les juristes classiques chez les Musulmans fondent des lois sur la base du bien et du mal : il faut faire ce qui est bien, et s’abstenir de ce qui est mal. Le bien (ou le mal) est quelquefois évident et absolu, mais d’autres fois, seulement relatif et partiel. Cela entraîne la division quintuple de toutes les règles juridiques, des commandements aussi bien que des interdictions : ce qui est absolument bien sera un devoir obligatoire; il faudra le faire. Ce qui a plus de bien que de mal sera recommandé et méritoire. Ce en quoi les deux aspects sont égaux, ou ce qui ne comporte ni bien ni mal, sera laissé à la discrétion de l’individu, ou même pour changer de pratique de temps à autre; cette catégorie sera indifférente aux yeux de la loi. Mais ce qui est absolument mal sera l’objet d’une interdiction complète. Et, enfin, ce dont le mal est prépondérant sera répréhensible et déconseillé. Cette division de base en cinq catégories d’actes ou de règles peut avoir des subdivisions aussi nuancées que les subdivisions de la rose des vents. » (Muhammad Hamidullah – Initiation à l’Islam – Paris – 1992 – § 307).
[7] « Si vous évitez les grands péchés qu’on vous a interdits, Nous tiendrons pour expiés vos méfaits, et vous ferons entrer comme invités d’honneur (au Paradis). » (Coran 4 :31). « Et pour ceux qui parmi les péchés évitent les grands et aussi les turpitudes, tandis qu’ils pardonnent, eux, quand ils sont en colère. » (Coran 42 :37). « Le Prophète (ص), questionné sur les péchés capitaux, répondit : « Ce sont le polythéisme, la mauvaise conduite envers ses père et mère, le meurtre et le faux témoignage ». » (Boukhary 52/10/1,2 – 78/6/2,3 – 83/16/1). « Abstenez-vous de sept péchés mortels… …donner un associé à DIEU : faire de la magie ; tuer l’être que DIEU a interdit de tuer, sauf au nom de la loi ; manger de l’intérêt ; manger le bien de l’orphelin ; fuir au jour du combat et porter des accusations contre des femmes honnêtes, croyantes et qui s’estiment au-dessus de pareils propos. » (Boukhary 86/44/1 –76/48/1 – 55/23/1)
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.