Télécharger l’article en pdf ici

.

casinoLa consommation d’alcool ou de drogue, les jeux de hasard, les crédits usuraires et la corruption sont nettement préjudiciables à la santé et à l’économie publiques. Quoiqu’on en dise, il n’y aurait sans doute rien de mieux qu’une prohibition totale pour combattre les faiblesses humaines et ceux qui les exploitent.

En dehors de l’homme, aucun mammifère n’absorbe volontairement de l’alcool qui est universellement reconnu comme un fléau pour la santé, la sécurité et la moralité.[1] Afin de prévenir les dangers et les déficits publics, et pour préserver la sérénité au sein de nombreux foyer, les Pouvoirs Publics seraient bien inspirés de proscrire totalement toutes les boissons alcoolisées mais, face aux pressions populaires et surtout économiques, seules la vente aux mineurs et l’ébriété sur la voie publique, principalement au volant, sont réprimées.
Pour amener ses adeptes à ne pas dépendre de quelque substance enivrante que ce soit, l’Islam en a non seulement progressivement interdit la consommation, même en quantité infime,[2] mais également la distribution, considérant qu’il est parfaitement contradictoire d’encourager ce qui est défendu.[3] Par analogie, l’interdiction de consommer le vin s’étendra aussi à tout ce qui est susceptible d’obnubiler le raisonnement, fut-il extrait de fruits ou de légumes comme la liqueur de dattes, le saké, l’alcool de riz, ou encore les stupéfiants.[4] De même pour l’addiction aux jeux d’argent reposant sur le hasard (loteries, paris sur les courses diverses, casino, cartes, machines à sous, etc.) qui sera également combattue car comparable à la dépendance alcoolique, les gros joueurs se ruinant dans l’espoir de gains faciles et sombrant avec leurs familles dans la discorde et la déchéance.[5]
Les crédits ou prêts à intérêts sont des cadeaux empoisonnés qui mettent temporairement le confort à la portée des familles et des entreprises modestes mais menacent assurément leur équilibre économique. Le système usuraire favorise l’exploitation des défavorisés par les nantis et est autant réprouvable[6] que la corruption dont font montre les « ripoux ».[7] En dehors des transactions commerciales honnêtes et équitables, l’Islam n’autorisera donc que les crédits, locations ventes et autres leasings qui ne supportent pas d’agios,[8] à condition que l’emprunteur reste raisonnable et que son endettement n’excède pas sa capacité de remboursement. Et tant qu’on y est, dénonçons aussi ces charlatans que sont les devins, les astrologues, les diseurs de bonne aventure et autres marabouts qui abusent des gens trop crédules en leur débitant des sornettes, moyennant finances évidemment.[9]

[1] Selon la Commission (britannique) Scientifique Indépendante sur les Drogues (ISCD), l’alcool est évalué à 72, l’héroïne à 55 et le crack à 54 dans une échelle de dangerosité allant de 0 à 100.
[2] « Et ne vous jetez pas de vos propres mains dans la destruction. Et faites le bien. Oui, DIEU aime les bienfaisants. » (Coran 2 :195).  « Ils t’interrogent sur le vin et le jeu de hasard. — Dis: « Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l’utilité. » (Coran 2 :219). « Ho, les croyants ! N’approchez pas de l’Office alors que vous êtes ivres, jusqu’à ce que vous sachiez ce que vous dites ; » (Coran 4 :43). « Ho, les croyants ! Oui, le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’ordure, oeuvre du Diable. Donc, à écarter. Peut-être serez-vous gagnants ? Oui, le Diable ne veut que jeter parmi vous dans le vin et le jeu de hasard, inimitié et haine, et vous empêcher du Rappel de DIEU et de l’Office. Eh bien, vous abstiendrez-vous ? » (Coran 5 :90-91). « Le fornicateur ne reste pas Croyant au moment où il fornique, le consommateur d’alcool ne reste pas Croyant au moment où il le consomme, le voleur ne reste pas Croyant au moment où il vole, le pillard à son propre compte ne reste pas Croyant au moment où il s’approprie la chose pillée alors que les (autres) gens lèvent leurs regards vers lui.» (Boukhary 46/30/2, 74/1/4, 86/1/1, 86/6/1, 86/20/2,3) «…et il ne tue pas alors qu’il est Croyant. » (Boukhary 86/20/2). « Ce qui enivre en grande quantité est interdit en petite quantité. » (Tirmizhy 24/3 (1927)). « Tout ce qui enivre est interdit et quand une proportion est enivrante la totalité est interdite. » (Tirmizhy 24/3 (1928)).
[3] « DIEU a maudit l’alcool, celui qui le boit ou le fait boire,  celui qui le vend ou le fait vendre, celui qui le fabrique ou le fait fabriquer et celui qui le transporte ou le fait transporter ». » (Abou Dawoud 25/2). « DIEU et son Envoyé  (ص) ont défendu la vente du vin, des animaux crevés, du porc et des idoles. » Et comme on lui disait : « O Envoyé de DIEU que penses-tu des graisses des animaux crevés ? Elles servent à enduire les vaisseaux, à graisser les peaux et à alimenter les lampes du peuple. – Ne les vendez pas, répondit-il, cela est interdit. » Puis, l’Envoyé de DIEU  (ص) ajouta : « DIEU maudisse les Juifs ! (qui ont agi de la sorte). DIEU leur avait interdit les graisses des animaux crevés; ils les ont fait fondre, les ont vendues et en ont employé le prix à leur subsistance. » (Boukhary 34/112/1 – 34/103/1,2 – 60/50/8).
[4] «  0 Prophète de DIEU, dit Abou-Moussa, dans mon pays on use d’une boisson tirée de l’orge, le mizr, et d’une autre boisson tirée du miel, le bit`. – Toute boisson enivrante est interdite, répondit le Prophète. » (Boukhary 64/60/1,2). «Omar (le Condisciple du Prophète  (ص)) monta en chaire et dit : « le Coran a annoncé la prohibition des liqueurs enivrantes qui sont au nombre de cinq : celles de raisin, de dattes, de miel, de froment et d’orge. – l’enivrant est tout ce qui voile l’intelligence » » (Boukhary 74/2/3 – 74/5/1,2 – 65/S5/10/3). « Ce qui enivre en grande quantité est interdit en petite quantité ». » (Tirmizhy 24/3).
[5] Voir Coran 2 :219  et 5 :90-91 cités ci-dessus.
[6] « Ho, les croyants ! Ne mangez pas de cet intérêt qui va en multipliant de double en double. Et craignez Adieu. Peut-être serez-vous gagnants ! » (Coran 3 :130). « L’intérêt que vous donnez pour qu’il accroisse les biens d’autrui ne les accroît pas, auprès de DIEU… » (Coran 30 :39). « Ceux qui mangent de l’intérêt ne font que se lever comme se lève celui que le toucher du Diable accable. Cela, parce qu’ils disent : « Rien d’autre : le commerce, c’est comme l’intérêt ! » Alors que DIEU a rendu licite le commerce et illicite l’intérêt ! Celui, donc, qui cesse dès que lui vient une exhortation de son Seigneur, alors, à lui ce qui est passé; et son affaire dépend de DIEU. Mais quiconque récidive… alors les voilà, les compagnons du Feu ! Ils y demeureront éternellement. DIEU anéantit l’intérêt et fait fructifier les aumônes. Et DIEU n’aime aucun ingrat pécheur. Oui, ceux qui ont cru et fait oeuvres bonnes et établi l’Office et acquitté l’Impôt, leur salaire à eux est auprès de leur Seigneur. Et pas de crainte sur eux ; et point ne seront affligés. Ho, les croyants ! Craignez DIEU ; et renoncez au reliquat de l’intérêt, si vous êtes croyants. Et si vous ne le faites pas, alors recevez l’annonce d’une guerre de la part de DIEU et de Son messager. Et si vous vous repentez, alors à vous vos capitaux : et point ne lèserez ni ne serez lésés.» (Coran 2 :275-279). « Abstenez-vous de sept péchés mortels… …donner un associé à DIEU ; faire de la magie ; tuer l’être que DIEU a interdit de tuer, sauf au nom de la loi ; consommer de l’intérêt ; consommer le bien de l’orphelin ; fuir au jour du combat et porter des accusations contre des femmes honnêtes, croyantes et qui s’estiment au-dessus de pareils propos ». » (Boukhary 86/44/1 –76/48/1 – 55/23/1). « L’Envoyé de DIEU  (ص) a maudit celui qui consomme de l’intérêt et qui le fait consommer, celui qui en est témoin et celui qui le transcrit. » (Boukhary 34/113/2 – 34/25/1 – 68/51/2 – 77/86/3 – 77/96/1 – Abou Dawoud 22/4).
 [7]«  La malédiction de DIEU sur celui qui offre et celui qui accepte un présent (pot de vin). » (Tirmizhy 13/9, Ibn Majah 13/2. Abou Daoud 23/4).
[8] Avis juridique du Dr Muhammad Hamidullah.
[9] « Et ils suivirent ce que les diables racontèrent du règne de Salomon. Alors que Salomon n’a jamais mécru ! Ce sont les diables qui ont mécru : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui a été révélé aux deux Anges Hârout et Mârout, à Babylone ; mais ceux-ci n’enseignent rien à personne, qu’ils n’aient dit d’abord : « Rien d’autre : nous sommes une tentation : ne sois donc pas mécréant » ; ensuite les gens apprennent d’eux comment créer de la division entre l’homme et son épouse. Or ils ne sont capables, avec cela, de faire du mal à quiconque, que par permission de DIEU. Et ils apprennent ce qui leur fait du mal à eux sans leur faire aucun bien. Et ce qu’ils savent, très certainement, c’est que celui qui s’achète ça, pas de part pour lui dans l’au-delà. Et en effet c’est une mauvaise marchandise qu’ils se sont achetée à eux-mêmes ! S’ils avaient su ! ». (Coran 2 :102)
Advertisements

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.