Télécharger l’article en pdf ici
.
Je fuis charlieMême si ça a moins de panache, en ce qui concerne le feuilleton Charlie Hebdo, il vaut mieux attendre que le soufflé retombe pour éviter de se brûler. Par ailleurs, comme marcher sur des œufs (sans les casser) n’est pas donné à tout le monde, il est préférable de citer les autres ou de dire les choses en disant qu’on ne les dit pas, du genre « Dieudonné a tweeté : je suis Charlie Coulibaly ”.  Oh, le vilain ! » ou en rabâchant perfidement – comme les médias et les Socialistes – qu’il ne faut pas faire d’amalgame, que l’Islam et les Musulmans n’ont rien à voir avec le terrorisme. La technique du « ne pensez pas à un éléphant » formulée par George Lakoff[1] est d’une redoutable efficacité et à priori sans trop de risques, mais avec les artifices législatifs de circonstance il ne faut jamais jurer de rien.
D’accord pour manifester contre le terrorisme et pourquoi pas participer à l’unité nationale, mais pas d’accord pour promouvoir une liberté d’expression à géométrie variable qui insulte les valeurs des croyants et ne leur permet pas de répliquer. Les Musulmans n’ont pas à choisir entre la peste et le choléra, entre une liberté d’expression insultante agrémentée de caricatures blasphématoires et l’apologie du terrorisme. Les disciples du Prophète Mohammad (ص) déplorent les morts inutiles occasionnées par les provocations stupides du journal satirique et ne n’en réjouissent pas plus que tous les faux-culs qui en ont été la cible. Qui peut croire en la sincérité des François, Nicolas, Manuel, Jean-François, Nadine, Rachida, Dalil, Mohamed et autres qui affichent des émois exagérés en la circonstance alors qu’ils transpirent du « ils l’ont bien cherché, c’est bien fait pour leur g….. » ? Et pour jouer au complotiste à deux balles, tous ceux qui avaient intérêt à voir disparaître leur bête noire ne sont-ils pas à considérer comme des commanditaires potentiels ou des complices virtuels ?
À qui profite le crime ? Certainement pas aux Musulmans qui vont voir progressivement diminuer leur liberté d’expression et l’étau se resserrer sur eux, lentement mais sûrement, surtout s’ils s’avisent de pérorer ou de jouer les arrogants. Avec une « justice » antiterroriste arbitraire à la clé, le moindre de leurs faux pas fera l’objet d’intimidation et de garde à vue au mieux, passible des tribunaux et du cachot au pire. Pendant ce temps, le petit peuple relativise la crise et ses petites misères quotidiennes, et les côtes de popularité remontent. Ça tombe bien car il y a toujours une échéance électorale dans le collimateur et le champion devrait être celui qui se dotera du plus gros bouc émissaire.
Au lieu de se transformer en Charlie Abdou (LLAH), les survivants de Charlie Hebdo et leur affidés ont préféré livrer un baroud d’honneur avec un numéro posthume volontairement irrévérencieux envers les Musulmans. À l’inverse de l’affirmation caricaturale de couverture, rien n’est pardonné puisque, bien au contraire, certains parmi les plus modérés en sont maintenant venus à regretter leurs manifestations de soutien compassionnel envers les victimes du journal. Et malheureusement, l’avenir sera bien plus sombre qu’on ne nous le prédit ; il faut s’attendre à une escalade des affrontements intercommunautaires car, d’un côté comme de l’autre, les extrémistes meurent d’envie d’en découdre. Comme personne n’a vraiment à y gagner, afin de préserver une paix sociale qui ne tient qu’à un fil, ceux qui refusent de hurler avec les loups doivent prendre sur eux et faire l’effort de ménager les susceptibilités.[2] Pas facile, c’est sûr, puisque les loups sont bien plus nombreux !
[1] « Don’t Think of an Elephant: Know Your Values and Frame the Debate ». (Chelsea Green Publishing – 2004).
[2] « N’injuriez pas ceux-là qu’ils invoquent au lieu de DIEU, car par transgression, ils injurieraient DIEU sans savoir ». (Coran 6 :108).
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.