Télécharger l’article en pdf ici.

.

CFCM foreverLe processus vital du CFCM (Comment Faire Caca Mou ?) est-il engagé ? A-t-il vécu ou se perpétuera-t-il en l’état ou hors l’État ? Qui peut le dire à ce jour ? Non pas ceux qui y ont été enrégimentés et le seront encore pour « faire mou » où on leur dit de faire, mais plutôt les petits futés qui l’ont concocté et l’instrumentalisent au gré de l’actualité et de leur fantaisie. Il faut être aveugle pour ne pas voir que les Pouvoirs Publics, de droite comme de gauche, n’ont que mépris envers la Communauté Musulmane, en n’agréant jamais pour la représenter que des domestiques incompétents.
Pour la plupart de ceux qui le composent, le Conseil Français du Culte Musulman ne constitue qu’un but à atteindre et aucunement un moyen pour faire aboutir les doléances communautaires les plus légitimes. Ils y postulent pour des raisons aussi navrantes que pour « voir ou être vu » ; les minables veulent être considérés, les ambitieux donner libre cours à leur suffisance, les mouchards rapporter à leurs officines et les pseudos islamistes bénéficier d’une relative immunité en attendant des jours meilleurs. Rien d’étonnant donc à ce que l’inanité soit de rigueur puisque ces méprisables sujets de sa majesté la République faussement laïque n’ont pour souci que leurs propres intérêts et ceux de leurs chapelles.
Ceux qui n’ont rien fait et ceux qui ne feront rien. On entend dire dans le Landerneau que les Musulmans de France ne se reconnaissent pas en ceux qui se sont désignés pour les représenter et ce n’est pas faux. Précisons toutefois qu’en ce qui concerne spécifiquement le CFCM, les critiques et les abominations émanent surtout d’envieux qui n’ont pas (encore) eu l’heur d’être intégrés au sein de l’instance néo-gouvernementale. Mais ces challengers qui reprochent à la structure son inefficacité, ne sont-ils pas aussi nuls voire pire que les titulaires ? Et les discounters qui invoquent l’absence de qualification des membres en titre en proposant, eux, de démanteler des prescriptions divines ou prophétiques immuables,[1] sont-ils plus qualifiés ?
Ceux qui se prétendent « chefs» se croient indispensables et veulent faire prévaloir leur vision étriquée de l’Islam. Il y a des sérieuses raisons de douter de l’efficacité de ceux dont les mains ne sont aptes qu’à remplir les ventres auxquelles elles sont rattachées et dont les bouches ne servent qu’à pérorer, à se flagorner et à dénoncer les excès de fondamentalisme de leur prochain. Comment construire durablement quand tout le monde veut commander et personne ne veut obéir, quand les associés de circonstance ne peuvent pas se blairer et ne se font aucune concession, et surtout quand ils sont plus forts en boniments qu’en planification de travaux pratiques ? Pour l’intolérance envers les idéologies et les structures musulmanes concurrentes ça se bouscule au portillon mais il n’y a plus personne quand il s’agit de revendiquer des aménagements raisonnables en haut lieu ou de désavouer des législations anti-islamiques abusives, y compris par la désobéissance civile.
Les baltringues et les charlots parviendront-ils à faire oublier les ball-traps et les Charlie ? Pour donner le change au petit peuple, le Ministre de l’Intérieur des Cultes de la République a chargé ses très laïcs Préfets de racoler au sein de la Communauté Musulmane pour composer une nouvelle « instance de dialogue » et y diluer le CFCM en douceur. En fait, depuis plus de trente ans, les dialogues ministériels se sont bornés à des « monologues du machin » où sont choisis et adoubés les nouveaux laquais, experts en poudre aux yeux, en courbettes, en baisemains et en délation, et les quelques islamistes repentis destinés à cautionner le dispositif. Ceux qui nous gouvernent auront beau mobiliser tous les experts possibles et imaginables pour assaisonner leur « islam de France », tant que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ne sera pas respecté et qu’aucune initiative ne pourra être prise sans l’aval du premier flic de France et de sa hiérarchie, la mayonnaise ne prendra pas.
La direction de la Communauté Musulmane n’est pas une question de personne. Les Musulmans se contrefichent autant de l’élection du CFCM et de ses avatars que de celle du pape. La preuve en est qu’elle supporte sans broncher d’être administrée par des autoproclamés depuis près d’un demi-siècle. Pour eux, seuls importe l’adéquation à leurs convictions des comportements, des revendications et des décisions de ceux qui occupent la place. Et quand bien même certains évoquent un islam (de France) aux couleurs du bleu d’Auvergne, du petit blanc et du gros rouge, qu’importe, à condition qu’il soit conforme aux principes de l’Islam authentique…
[1] Incitations à délaisser le port du voile (hijab/niqab) ou de la barbe, à légaliser l’étourdissement des bêtes de boucherie pour la fourniture de viande Halal, à instaurer une liturgie non arabisée (sermons de vendredi), etc.
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.