Télécharger l’article en pdf ici.
.
ZZAppliquer des enseignements religieux sans se soucier de leur raison d’être et de leur finalité, c’est comme considérer les feux de signalisation routière comme de simples éclairages décoratifs. Il est certes louable de vouloir se conformer strictement aux enseignements du Prophète (ص), le modèle islamique par excellence,[1] mais il faut d’abord s’assurer de l’authenticité de ce qui lui est attribué et ne pas tout prendre au premier degré. Même si c’est difficilement concevable pour certains, le respect des préceptes n’est pas tributaire des moindres détails. Et si, par conviction personnelle, certains jugent essentiel de s’astreindre à des broutilles, ils doivent se garder d’en faire étalage et de les imposer à ceux qui n’en voient pas la nécessité, de sorte à ne pas effaroucher outre mesure.[2]
Le Saint Coran est la parole incontestable de DIEU[3] et doit être respecté à la lettre. Quant aux récits (Hadiths) rapportés par les hommes qui ont vu les hommes qui ont vu les hommes qui ont entendu le Saint Prophète (ص) il y a quatorze siècles, malgré leur rigueur et leur vigilance, il est tout à fait concevable que des interprétations étriquées ou des dénaturations aient pu avoir lieu. Un minimum de réflexion et de circonspection ne seront donc pas superflus avant de se conformer textuellement à certains us et coutumes. Saviez-vous que les qamis, que portaient aussi les non-Musulmans, n’ont jamais été considérées par le Prophète (ص) comme des tenues religieuses, qu’aucun enseignement islamique ne recommande de porter un couvre-chef au cours des Offices de prière – contrairement à la kippa juive – alors que certains le pensent indispensable, et enfin que le couscous était inconnu à l’époque ?
Alors que les apparences physiques semblent pour DIEU assez secondaires[4] et que les Juifs ultra-orthodoxes arborent de superbes barbes, c’est curieusement pour se différencier des autres religions que laisser croître cet attribut pileux a été préconisé.[5] Aucun châtiment n’étant encouru pour cette « négligence », d’aucuns relativiseront l’importance excessive donnée à de tels « détails », tout comme pour ces longueurs de vêtements (masculins uniquement), à raccourcir essentiellement pour se prémunir de l’ostentation ou de la saleté du sol.[6] Autrement plus importante et menaçante est la prohibition des représentations figurées,[7] destinée à combattre les dérives idolâtres, vicieuses ou de culte de la personnalité, qui se trouve pourtant aujourd’hui totalement occultée au profit des joies de la photo, du cinéma et de la vidéo, jugés indispensables y compris par les islamistes les plus outranciers. Allez comprendre !
Il faut parfois aussi tenir compte du contexte, de l’affectation ou des conséquences de certains enseignements. Ainsi à titre d’exemple, sans doute pour coller aux capacités de chacun, les recommandations ont pu parfois différer concernant les surérogations après la prière de l’après-midi (‘Asr) ou celle impaire de la nuit (Ouitr) ou encore sur l’obligation d’être en ablutions ou pas pour appeler à la prière (Azane).[8] Pas non plus de minutage précis pour s’adonner aux Offices de prière car, si le laps de temps doit être fidèlement respecté, il pourra être aménagé en cas de difficulté ou par commodité, même pour se restaurer.[9] Le Prophète lui-même (ص) se remit parfois aux avis de certains de ses compagnons, admettant que ceux-ci puissent avoir raison au sujet des affaires de ce monde.[10]
Sans ouverture d’esprit, aucune évolution et aucun progrès n’auraient été possibles au sein du monde musulman depuis l’avènement de l’Islam. D’aucuns ont vite compris et décrété que le mimétisme prophétique n’interdisait pas de voyager en voiture, en train ou en avion au lieu du cheval, du chameau ou du bourricot, d’utiliser un smartphone au lieu de dépêcher un coursier ou une arme à feu au lieu d’un arc et des flèches, etc. Néanmoins, mes bien-aimés coreligionnaires ont plus de mal à intégrer les costumes-cravates et autres pratiques qualifiées d’occidentales que les Macdo ou les KFC, le Coca ou le Pepsi, les Nike ou les Adidas, les IPhone ou les Samsung, les Lacoste ou les Ralph Lauren, etc. Sachant qu’il se trouvera toujours une bonne âme pour exhorter à condamner tel usage ou tel comportement jugés mécréants, fatwa de dessous les fagots à l’appui, alors conseil d’ami, au lieu de se fier aveuglément à ces cerveaux, sortez plutôt le vôtre de l’emballage et utilisez-le, même s’il n’est plus sous garantie !
[1] « Il demeure très certainement dans le Messager de DIEU un beau modèle pour vous, pour quiconque espère en DIEU et au Jour dernier et qui se rappelle DIEU beaucoup. » (Coran 33 :21). « Pour les croyants, le Prophète a priorité sur eux-mêmes. » (Coran 33 :6).
[2] « Facilitez, ne rendez pas difficile ; annoncez de bonnes nouvelles, non des choses à faire fuir ; faites-vous des concessions réciproques, et ne soyez pas en désaccord. » (Boukhary 56/164/1 et aussi 3/11/2 – 64/60/1,2 – 78/80/1,2).
[3] « Et nul ne peut changer les paroles de DIEU. » (Coran 6 :34). « Pas de modification aux paroles de DIEU.  (Coran 10 :64). « Oui c’est Nous QUI avons fait descendre le Rappel. Certes oui, et c’est Nous QUI en sommes gardien. » (Coran 15 :9). « – oui, et elle est auprès de Nous, dans l’Écriture-Mère, haute, sage, assurément. (Coran 43 :2-4). « Que ceci est certes oui une noble Lecture, (Coran) dans un Livre bien gardé que seuls les purifiés touchent : descente de la part du Seigneur des mondes. (Coran 56 :77-80).
[4] « DIEU ne regarde pas à votre prestance et vos biens mais à vos actes et à vos cœurs. (Mouslim 45/32,33 – Riyadh as-Salihyne An-Nawawy 1/7).
[5] « Différenciez-vous des idolâtres (ou des Gens du Livre = Juifs et Chrétiens), taillez la moustache et laissez pousser la barbe ! » (Boukhary 77/64/3, 77/65/1 – Mouslim 2/54).
[6] « DIEU, au Jour de la Résurrection, ne regardera pas celui qui aura laissé trainer son habit par ostentation ». (Boukhary 77/1/1, 77/2/1, 77/4/1, 77/5/1,5). « Toute la partie du vêtement qui descend sous les chevilles ira en Enfer ». (Boukhary 77/4/1).
[7]  « Oumm Habîba et Oumm-Salama parlèrent d’une église qu’elles avaient vue en Abyssinie et dans laquelle il y avait des peintures. Comme elles racontaient cela au Prophète celui-ci dit : « Ces gens-là, lorsqu’un de leurs personnages pieux vient à mourir, construisent une église sur sa tombe et décorent cette église de ces sortes de peintures. Ces gens-là seront les pires des êtres aux yeux de DIEU le jour de la Résurrection ». » (Boukhary 63/37/2 – 8/48/1 – 8/54/1 – 8/55/2 – 23/71/1 et aussi 60/8/3 et 4). « …- Les auteurs de ces images, s’écria l’Envoyé de DIEU, seront châtiés au jour de la Résurrection. On leur dira : Donnez la vie à ces êtres que vous «avez créés ». Ensuite il ajouta : « La maison où se trouvent des images, les Anges n’y entrent jamais ». » (Boukhary 67/76/1 – 77/89/1,2 – 77/91/1 – 77/95/1 et aussi 77/88/1 – 77/90/2 – 77/92/1,2 – 77/94/1 – 59/7/2,3,4). « « Malheureux ! Si tu ne cesses pas ton métier, tu dois plutôt choisir (pour tes dessins) ces arbres et toute chose qui n’aura pas d’âme ». » (Boukhary 34/104/1).
[8] Prière après ‘Asr ou pas (Boukhary 9/33/1 à 5, 96/27/2 ou Boukhary 9/31/2,3,4, 62/28/3), prière après Ouitr ou pas (Abou Daoud 5/26 ou Tirmizhy 3/13), appeler à la Prière avec ou sans les ablutions. (Tirmizhy 2/33 ou Boukhary 10/19/0).
[9] « Oui l’Office demeure, pour les Croyants, une prescription, à des temps marqués. » (Coran 4 :103). « …quel est l’acte le plus agréable à DIEU le Très Haut ? La Prière faite à l’heure prescrite. » (Boukhary 56/1/1 – 78/1/1). Description des périodes fixées par le Prophète (ص) pour effectuer les Offices de prières. (Abou Dawoud 2/2). « Attendez la fraicheur pour faire la prière » (Boukhary 59/10/1,2). « Le Prophète réunissait à Médine les Offices du midi et de l’après-midi et du soir et de la nuit sans qu’il y ait (quoi que ce soit) à craindre ou de la pluie. On lui demanda pourquoi et il répondit « pour qu’il n’y ait pas de gêne pour ma Communauté ». » (Nasa’y 6/46,47). « Quand le souper est servi, commencez par le manger avant de procéder à la prière du coucher du soleil, et ne vous pressez pas pour faire ce repas » (Boukhary 10/42/1,2,3).
[10] Insémination du dattier femelle : « Vous connaissez mieux que moi les choses de ce monde. » (Mouslim 43/139-141 – Ibn Hanbal 1/162).
Advertisements

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.