Télécharger l’article en pdf ici

.

maison de valérieLa députée Valérie Pécresse a rendu visite à ses « amis » musulmans de l’UAM93 un soir de Ramadan, pour casser la croûte en leur joyeuse compagnie, et en a profité pour leur faire quelques gâteries au moment du dessert, en tout bien tout honneur, des promesses qui n’engagent que ceux qui les écoutent, comme disait feu Charles Pasqua son ex-collègue UDR, RPR, UMP, Les Républicains, etc. Histoire de parler pour ne rien dire, sans envisager quoi que ce soit de concret, l’ex-Ministre du gouvernement Sarkozy-Fillon a innocemment évoqué le fait que les Musulmans devraient bénéficier de ce qui a été donné à d’autres Français, les Catholiques et les Juifs. La belle affaire que voilà !
« On doit pouvoir donner aux musulmans ce qu’on donne aux Français et aux Juifs » versus « c’est évident que ce que l’on a demandé aux catholiques et aux juifs par le passé, on doit pouvoir le demander aux musulmans de France. Mais ce qu’on a donné aux catholiques et aux juifs, on doit aussi pouvoir le donner aux musulmans de France, dès lors qu’ils s’intègrent dans les principes de la République ». Le propos de la gente dame, réputé déformé, a été interprété par ses détracteurs politiques comme un déni de la qualité de Français aux Juifs et aux Musulmans, déclenchant une polémique que l’intéressée, candidate aux Régionales en pré-campagne électorale, s’est empressée d’étouffer en donnant sa propre version d’un enregistrement de son discours, filmé mais non-visionnable, déposé chez un huissier en cas de procédure pour diffamation. Bluff ou pas, joli coup de poker…
On suppose que les Musulmans, surtout les plus patriotes d’entre eux, se seraient offusqués si leur francité avait clairement été mise en cause. Néanmoins, en décodant attentivement les éléments de langage de la députée des Yvelines, on relève que l’éventuelle future parité judéo-chrétienne envisagée dépendrait avant tout d’une intégration dans les principes de la République. Notre oratrice s’est d’ailleurs bien gardée de rappeler clairement à son auditoire de circonstance parmi leurs traditions (Niqab, Hijab, Halal, etc.) celles qu’elle admet à titre personnel mais que ses colocataires de la Maison de Valérie[1] combattent ouvertement, en particulier dans la mouvance du petit nerveux qui tient absolument à revenir diriger les affaires supérieures de la France.
Non seulement l’attitude des politiques n’est pas toujours cohérente mais elle devient parfois totalement contradictoire quand les sondages ne sont pas propices et que le résultat d’une élection est compromis. Pour obtenir les suffrages de certaines communautés, quand bien même leurs opinions et leurs usages leur déplaît, ils n’ont aucun scrupule à s’adonner à un racolage communautariste hypocrite auprès des électorats potentiels. Alors surtout pas question d’amitié indéfectible avec ceux qui sont susceptibles de leur faire perdre les scrutins. En guise de réciprocité, ils doivent être conscients que les électeurs restent propriétaires de leurs votes jusque dans les isoloirs et ne se gêneront pas pour sanctionner ceux qui les desservent ou les trahissent.
Il est rarissime de priser l’ensemble des points de vue et des fréquentations de ceux qui nous côtoyons, qu’ils soient Musulmans ou pas. Néanmoins, il n’est pas interdit d’entretenir de bonnes relations et de sceller des pactes de non-agression avec ceux qui nous tendent la main, tant qu’ils n’exercent pas sur nous d’influence néfaste.[2] D’aucuns prôneront la discrétion, les concessions ou la défection et d’autres opteront pour l’insubordination, la provocation et la rébellion. Question d’intérêt et de tempérament, à moins que ce ne soit de la faiblesse ou de la bravoure. Comme dit le Saint Prophète (ص), les « actes ne valent que par les intentions ; Il ne sera tenu compte à chaque homme que de ses intentions ».[3]
[1] NB : Ne pas confondre avec la célèbre enseigne de vente à distance mise en liquidation judiciaire en 2013.
[2] « Il se peut que DIEU assigne de l’amitié entre vous et ceux des leurs que vous aviez pour ennemis. Et DIEU est capable, et DIEU est pardonneur, miséricordieux. DIEU ne vous empêche pas, à l’égard de ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures, de leur faire la charité et d’être, envers eux, à la balance. Oui, DIEU aime ceux qui traitent à la balance. Rien d’autre : DIEU vous empêche, à l’égard de ceux qui vous ont combattus pour la religion et chassés de vos demeures et ont prêté leurs dos à votre expulsion, de les prendre pour patrons. Et ceux qui les prennent pour patrons, alors c’est eux les prévaricateurs. » (Coran 60 :7-9)
[3] Boukhary 2/41/1 – 1/1/1 – 49/6/2 – 67/5/1 et aussi 56/15/1.
Advertisements

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.