Télécharger l’article en pdf ici

.
FrogsNous les Musulmans, nous ne sommes bons qu’à ergoter et à radoter mais totalement incapables de mobiliser notre Communauté léthargique, et personnellement je ne suis pas le dernier du genre. En révisant et en compilant dans un recueil les quelques cent vingt articles que j’ai rédigés au cours des cinq dernières années, j’ai réalisé que j’ai souvent traité des mêmes sujets – aux exercices de style et aux bons mots près – avec toujours les mêmes constats navrants : Nous autres Musulmans, sommes incapables de nous supporter, de nous unir (pour du lobbying à l’anglaise) et par conséquent de résoudre (seuls ou ensemble) les problèmes que nous avons peu ou prou en commun. Par conséquent, il est logique que nous soyons devenus la cible privilégiée et incessante des identitaires (racistes et islamophobes), de leurs représentants politiques (déclarés ou tacites) et des médias vautours.
Nous déplorons toujours les mêmes ingérences gouvernementales (françaises ou étrangères) dans nos affaires cultuelles, les mêmes « dictatures autoproclamées » au sein de nos mosquées, associations, organisations, fédérations et autres conseils « représentatifs ». Nous déplorons l’usage de l’Islam à d’autres fins que philanthropiques. Nous déplorons le déficit de sincérité dans des relations que nous qualifions exagérément voire hypocritement de fraternelles. Nous déplorons l’exécration et la répression de nos traditions religieuses, que ce soit pour les tenues vestimentaires (les Hijab, Niqab, Jilbâb, Qamis), pour les préceptes alimentaires (le Halal, de l’abattoir à la cantine scolaire), pour les décisions spécifiques (le Jeûne de Ramadan, le Pèlerinage à La Mecque, l’organisation funéraire, l’érection et le financement des Mosquées, etc.), pour les recommandations spirituelles (sermons et prêches), etc., etc. Nous déplorons les dérives extrémistes et criminelles des « nôtres » sans faire aucun effort pour les prévenir en amont par l’éducation familiale, religieuse et scolaire, puis par la formation intellectuelle et professionnelle. Nous déplorons la détérioration du « vivre-ensemble », mais nous ne nous préoccupons aucunement, en les considérant et en les rassurant, des états d’âme de ceux qui s’inquiètent de leur devenir en tant que minorité culturelle.
Comme l’ex-premier ministre Lionel Jospin qui s’est retiré définitivement de la vie politique après son échec aux présidentielles de 2002 en dépit d’un bilan assez positif, ou comme l’inénarrable humoriste Dieudonné qui a projeté d’abandonner sa brillante carrière après une dernière tournée en 2016, il vaut mieux quitter la scène avant de sombrer dans le pathétique. A l’inverse de tous nos oiseux (ou oiseaux, ça le fait aussi) infatués de leurs titres islamiques aussi insignifiants que pompeux, qui s’accrochent lamentablement à leurs prébendes depuis des décennies et jusqu’à leur dernier souffle, je préfère m’arrêter avant de devenir gâteux. Comme les boxeurs vieillissants, il faut savoir raccrocher définitivement les gants et quitter le ring brillamment plutôt que d’aller piteusement de défaite en défaite jusqu’à un humiliant K.O. final.
Tous les « tordus » que j’ai mis à découvert et fustigés, directement ou allusivement, se réjouiront logiquement de ma retraite, ouvertement ou sournoisement – comme ce fut le cas pour les victimes de Charlie Hebdo –, tandis que d’autres la déploreront faute de m’avoir dit expressément, en temps et en heure, que mon action était « indispensable ». Après quarante ans de militantisme, avec un désintéressement que seuls les gens de mauvaise foi me contesteront, je désespère désormais de motiver suffisamment de bonnes volontés pour s’opposer à l’inévitable. Contrairement aux assertions des identitaires « saucisson-pinard », qui ne supportent ni la visibilité communautaire (Hijab, Jilbâb, Niqab) ni ses particularités gastronomiques (Halal) et redoutent leur « grand remplacement » culturel, l’intégration dans la république laïque est plus avancée qu’ils ne le pensent. D’évidence, les Musulmans de France se sont résignés et endurent maintenant sans broncher l’hégémonie des dominants et leur législation discriminante. La collaboration est sans doute plus aisée que la résistance.
Personnellement, je préfère baisser les bras plutôt que la culotte, et tirer ma révérence de mon plein gré sans m’être jamais déshonoré en accointances même feintes avec mes opposants idéologiques internes et externes. Bien qu’ayant émigré sous les tropiques, il ne sera pas non plus question pour moi d’oisiveté, ayant d’autres travaux d’écriture sur le feu, plus profonds et plus constructifs. J’ai aussi un énorme hommage à rendre à celui qui m’a adopté et façonné intellectuellement, mon regretté Professeur Muhammad Hamidullah, dont je dois diffuser nombre d’écrits, comme il le souhaitait. Francophone et francophile par essence – et surtout pas par patriotisme –, je continuerai d’assister, gratuitement et discrètement, tous ceux qui solliciteront mon aide dans les causes hexagonales qui me sembleront légitimes, comme je l’ai fait sans faillir jusqu’à présent. Mais plus de radotage…
Advertisements

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.