Télécharger l’article en pdf ici
.
6582-ajabiqSelon les experts amis-amis, l’état d’urgence antiterroriste instauré par les Autorités françaises après les attentats perpétrés en 2015 dans l’Hexagone tient plus du cache-misère qu’à de véritables mesures de protection des populations. Cette situation d’exception n’est qu’un astucieux contrefeu qui se contente d’exploiter les inquiétudes, d’occulter l’incurie gouvernementale et de relativiser ses impopularités politiques ; son efficacité sécuritaire est totalement illusoire et sera sans doute incapable de déjouer de nouvelles agressions criminelles. En conséquence, les milliers de perquisitions infructueuses, les quelques dizaines d’interpellations et autres incarcérations arbitraires opérées au sein de la communauté musulmane nationale par le Régime supposé garant de la justice et des libertés n’auront eu pour effet que d’amplifier la méfiance et l’animosité intercommunautaire.
Il n’a pas fallu longtemps pour se rendre compte que les descentes de police, disproportionnées et ostentatoires, ne visaient pas que le banditisme et le terrorisme organisés – là, il n’y aurait rien eu à redire – mais ciblaient aussi les adeptes pacifiques d’un Islam strict et/ou visible. Résultat des opérations : Les plus impétueux ont momentanément tempéré leurs ardeurs et les apprivoisés font profil bas au-delà du nécessaire et de l’acceptable. Ayant émigré sous les tropiques, à treize mille kilomètres des coups de filets, (رَبِّ نَجِّنِي مِنَ الْقَوْمِ الظَّالِمِينَ)[1], d’aucuns me dénieront le droit de donner des leçons. « Cause toujours, tu m’intéresses ! », puisque c’est justement le comportement décevant de mes coreligionnaires qui m’a poussé à quitter définitivement le bled pour fuir ces tares qui participent activement à la faillite de la Communauté Musulmane et que la République exploite et honore : Intolérance, orgueil, arrogance, suffisance, jalousies, rivalités, hypocrisie, trahisons, servilité, incompétence, médiocrité, stupidité, paresse, etc…
Mais revenons à nos moutons… « La raison du plus fort est toujours la meilleure. (…) Et je sais que de moi tu médis l’an passé. – Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né ? (…) – Si ce n’est toi c’est donc ton frère (…).  Il faut que je me venge » dit la fable.[2] Se justifier et s’excuser plus bas que terre de ce qu’on n’a pas fait, et multiplier les manifestations de subordination, n’ont jamais empêché les loups de dévorer les agneaux. Alors, faire bêler les Imams sur l’air de La Marseillaise, délaisser les enseignements et les pratiques islamiques décrétés incompatibles avec les traditions franchouillardes, condamner tout activisme islamique fut-il inoffensif ainsi que toute relation avec les mouvements qui le préconisent, sont des compromissions lâches et inacceptables. Les chartes et autres propositions de concordats qui fleurissent à travers le pays pour révérer outrancièrement la nation, la laïcité et la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat, sont autant ridicules qu’avilissantes et ne font que discréditer leurs instigateurs.
Le nouveau cheval de bataille des politiques de droite comme de gauche, c’est la déradicalisation à tous crins. Cheval/crins, il fallait l’oser. Ceci dit, comme le radicalisme est une valeur républicaine,[3] on peut dire que l’expression est radicalement mal choisie : Le « Parti Radical » et les « Radicaux de Gauche » militent en France depuis plus d’un siècle et ont même été à l’origine de la fameuse « loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat ». Pierre Mendès France, illustre figure du Parti Socialiste, en a d’ailleurs été membre sous la IVème République. Mais on ne peut pas penser à tout.
Les modules de déradicalisation ont désormais le vent en poupe et auraient pour vertu première de métamorphoser miraculeusement les loups en agneaux. Ils font penser à ces stages qui permettent de récupérer des points de permis de conduire et sont censés transformer les chauffards et autres alcoolos en automobilistes modèles. Si tu ne crois pas celle-là, je t’en raconte une autre… « Un cataplasme sur une jambe de bois », comme disait ma mère. Faute d’être efficaces, en cette période de crise, les camps de rééducation nouvelle formule auront au moins le mérite de fournir un business juteux à leurs promoteurs et d’apaiser le petit peuple. Et quant aux quelques dizaines de paumés auxquels le gîte et le couvert seront momentanément offerts, ça leur fera des vacances et leur permettra de constater que, contrairement au radical, le ridicule ne tue pas.
[1] « Seigneur, sauve-moi des gens prévaricateurs ! » (Coran 28 : 21).
[2] Fables de Jean de la Fontaine : « Le Loup et l’Agneau »  Livre I,  10.
[3] Radicalisme : « Attitude qui refuse tout compromis en allant jusqu’au bout de la logique de ses convictions. a) [Dans la 2emoitié. du XIXe siècle.] Doctrine de ceux qui revendiquent l’héritage de 1789, marquée en particulier par l’anticléricalisme et la défense du suffrage universel. b) [De nos jours] Doctrine réformiste fondée sur l’attachement à la démocratie, à la propriété privée, à la laïcité de l’enseignement ». (cnrtl.fr).
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.