Télécharger l’article en pdf ici
.
liberté égalité fraternité du HijabC’est dingue ce que certains peuvent donner comme importance à leur pigmentation de peau ou à leur lieu de naissance. Pourquoi des caractéristiques aussi accidentelles que la race et la nationalité amènent-ils des individus à exécrer ceux qui ne leur sont pas physiquement semblables et/ou ceux qui ont des mœurs différentes ? Pourquoi les nationalistes s’estiment-ils propriétaires de territoires dont les frontières ont été tracées arbitrairement et où ils sont nés par hasard, alors qu’ils auraient pu tout aussi bien, par « malchance », être pondu de l’autre côté du mur et être abominé par les « cons-patriotes » de leur bled chéri ? Pourquoi ces derniers sont-ils autant obsédés par leurs drapeaux et leurs hymnes nationaux, les équipes sportives qui portent leurs couleurs, et par des traditions nationales que les identitaires des pays juste à côté, obnubilés par les leurs, considèrent comme du pipi de chat ? Autant de questions auxquelles les intéressés sont bien incapables eux-mêmes de fournir des réponses…
Au contraire et au moins théoriquement, l’Islam a incité ses adeptes à fraterniser jusqu’à l’extrême[1] et a fait prévaloir sa nationalité idéologique sur le tribalisme et les nationalismes.[2] La négligence des enseignements du Prophète Mohammed (ص) aidant, les lignes de démarcations territoriales et l’orgueil d’appartenance aux nationalités fabriquées ont perduré jusqu’à ce jour. Les relations fraternelles se bornant seulement à la famille et aux proches, les rivalités en arrivent à se multiplier pour un oui ou pour un non – pour l’observation stricte ou pas du Hilal (croissant de lune) ou du Halal (licite), pour des velléités sunnites ou chiites, pour des complaisances ou des exécrations excessives envers l’extra-islamique, pour des parcelles de terrain ou de pouvoir, motivées par la stupidité, la concupiscence ou la jalousie. Et dans ce registre de l’intransigeance et du sectarisme, les mosquées et les organisations musulmanes ne sont malheureusement pas en reste, quand bien même elles allèguent jusque dans leurs dénominations une fraternité circonscrite aux seuls frérots adhérents.
Rappelons, si besoin est que, comme l’amour et l’amitié, la fraternité n’est véritable et pérenne que lorsqu’elle est sincère et réciproque. Les manifestations d’affection, les accolades excessives et autres bisous de circonstance viciés par les calculs mesquins et les arrière-pensées ne font pas illusion bien longtemps. Au même titre que les infidélités conjugales, que certains cocus ont parfois la faiblesse de pardonner, la trahison d’un ami ou d’un frère demeurera inoubliable. Et, à l’instar des vases fêlés qui ne contiendront plus jamais de liquides, les fraternités recollées ne seront plus jamais solides.
Avant d’être pervertie, la devise de la République française « Liberté, Egalité, Fraternité », proclamée dans sa Constitution et jusqu’au fronton des établissements publics, partait de bons sentiments. Aujourd’hui, « la liberté de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui »[3] a muté en une  obligation de se conformer aux milliers de lois restrictives de libertés, l’égalité qui « n’admet aucune distinction de naissance, aucune hérédité de pouvoirs »[4] a préservé l’inégalité de traitement entre les « élites » et le petit peuple au sein de la société comme devant les tribunaux, et la fraternité entre les différents citoyens de l’Hexagone qui prônait « Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fît ; faites constamment aux autres le bien que vous voudriez en recevoir »[5] est restée totalement utopique avec encore et toujours du « chacun pour sa gueule ». Alors, en lieu et place des hymnes barbares du genre « Allons enfants de la patri_i_e », qui glorifient le bled et la guéguerre, les Musulmans seraient mieux inspirés d’entonner des « Allons enfants de la fratri_i_e » afin d’inciter à la glorification de DIEU et à la paix avec leurs frères, qu’ils soient Musulmans ou tout simplement humains.
[1]  « Et cramponnez-vous ensemble au câble de Dieu ; et ne soyez pas divisés ; et rappelez-vous le bienfait de Dieu sur vous : lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous étiez au bord d’un abîme de Feu, c’est Lui qui vous  a sauvés. Ainsi Dieu vous expose Ses signes, peut-être vous guiderez-vous ? ». (Coran 3 :103). « Si ensuite ils se repentent, et établissent l’Office et acquittent l’impôt, alors ils seront vos frères en religion. – Et Nous détaillons les signes pour les gens qui savent ! » (Coran  9 :11). «Rien d’autre : les croyants sont des frères. Faites donc la paix entre vos deux frères, et craignez DIEU. Peut-être vous ferait-on miséricorde ? » (Coran 49 :10). « Et à ceux qui sont viendront après eux en disant: « Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à ceux de nos frères qui nous ont devancés dans la foi; et n’assigne pas à nos cœurs de rancune contre ceux qui croient. Seigneur, oui Tu es doux, Miséricordieux ». (Coran 59 :10). « « Lorsqu’on fut arrivé à Médine, l’Envoyé de DIEU (ص) établit un lien de fraternité entre `Abderrahmane Ibn-`Aouf et Sa`d ben-er-Rebi`. « Je suis le plus riche des Ansars, dit alors ce dernier à `Abderrahmane, prends la moitié de ma fortune. J’ai deux femmes ; vois celle des deux qui te plaît, dis-moi son nom afin que je la répudie, et, lorsqu’elle aura achevé le temps de sa retraite légale, tu l’épouseras. » (Boukhary 34/1/2 – 63/3/1,2 – 67/7/1).
[2] « La communauté de l’idéologie est la base de la « nationalité » au sein de l’Islam… … La nationalité chez les autres est essentiellement un accident inéluctable de la nature ; dans l’Islam, c’est une chose dépendant uniquement de la volonté et du choix de l’individu. » (Initiation à l’Islam §264-265 – Muhammad Hamidullah (رحمه الله)).
[3] Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793.
[4] Déclaration des droits de l’homme de 1795.
[5] Déclaration des droits et devoirs du citoyen figurant en tête de la Constitution de l’an III (1795)
Advertisements

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.