Télécharger l’article en pdf ici.
.
1470886935065Une fois n’est pas coutume, un petit billet d’humeur égocentrique pour me refaire une santé, inchaALLAH. Ayant émigré (hijra ?) définitivement à Bangkok il y a maintenant près de deux ans, j’ai eu un malencontreux accident de scooter il y a deux mois qui m’a occasionné des fractures aux deux poignets, à l’omoplate, au tibia et la pose chirurgicale de broches dans la cheville gauche. Maintenant je ne dis plus que « je me suis taillé en Thaïlande » mais « je me suis cassé en Thaïlande ». Inutile de dire que j’apprécie désormais à sa juste valeur cette grâce inestimable que DIEU nous a donnée d’être tout simplement « normal » ! Ayant aujourd’hui recouvré mes facultés, surtout d’écriture – et ne redoutant plus que mes « ennemis » se réjouissent de mon handicap – j’en profite au maximum pour m’épancher sur la dégradation de l’Islam en France. Personne ne me demande mon avis, mais je vais le donner quand même, tant l’humiliation et l’apathie des Musulmans résidant en France face aux agressions antimusulmanes deviennent insupportables.
Le Gouvernement Français croit ingénieux de classifier arbitrairement comme islamistes (à titre posthume généralement) les attentats perpétrés par des détraqués sans foi ni loi, de faire perdurer un état d’urgence liberticide, de participer manu militari à l’hallali anti-islamique et de surfer sur l’islamophobie grandissante au sein de la population hexagonale. Nonobstant, il se fourvoie grandement s’il s’imagine, comme ses prédécesseurs, que leurs contrefeux grossiers et leurs mesures discriminatoires pourront occulter leurs bilans catastrophiques. Et ni les promesses ni les mesures démagogiques faites aux Français ne suffiront à leur redonner confiance en ceux qui, depuis près de quarante ans, ont été inaptes à résorber les problèmes économiques et sociaux qui minent le pays et ont au contraire fait régresser tous les avantages dont ils bénéficiaient dans les domaines du travail, de la retraite, de la santé, des libertés et j’en passe…
Selon les sondages, orientés ou pas, l’intolérance envers tout ce qui touche à la culture musulmane, religieuse ou pas d’ailleurs, a augmenté de façon exponentielle chez les « blancos ». Dorénavant, la moindre manifestation extérieure d’Islam passe pour une provocation envers les valeurs de la République et suscite chez eux des débordements hystériques. Les burkinis, entre autres, ont eu le malheur d’y baigner au cours de cette dernière période estivale, en s’exhibant idiotement dans des stations balnéaires déshabillées au lieu d’aller s’ébattre sur des plages désertes. La parole islamophobe et raciste se vulgarise amplement et, puisqu’elle est désormais majoritaire, finira sans doute par rejoindre « démocratiquement » la normalité irrépréhensible. A ce propos, le référendum sera sans doute prochainement l’arme absolue pour dégommer les droits de l’homme les plus gênants.
Venons-en maintenant aux Musulmans eux-mêmes, et à leurs négligeables réactions face à leur déchéance. Non seulement, ils acceptent depuis des années qu’on leur impose des dirigeants parachutés et téléguidés, mais on leur fait aujourd’hui l’affront de leur infliger des non-arabes pour patronner l’Institut du Monde Arabe (Dominique Baudis, Jacques Lang) et des non-Musulmans à la tête de la Fondation pour l’Islam de France (Jean-Pierre  Chevènement). On en déduit  que les Musulmans ne sont pas à la hauteur. Mais puisqu’ils ne bronchent déjà pas et semblent indifférents aux malheurs qui touchent leurs coreligionnaires, pourquoi alors leur demande-t-on d’être encore plus discrets et de singer les us et coutumes occidentales ? Sans doute par pur chauvinisme franchouillard. Par contre, pleurnicher quand ils sont l’objet d’une exaction voire d’une bavure policière dans le cadre de l’état d’urgence et s’insurger quand un des leurs leur cause le moindre discrédit ou leur met le nez dans le caca, ça ils savent. On est ici bien loin de l’Islam conquérant décrit par ses détracteurs !
En perspective, les élections présidentielles et législatives de 2017, où il sera question du statut à imposer à l’Islam et de l’assimilation des Musulmans dans la République Française. Il est prévisible, sauf s’il se prend un coup de Sofitel à la Strauss Kahn dans la dernière ligne droite, qu’Alain Juppé sera aux commandes du pays l’an prochain. Et misère, le progressiste Imam de Bordeaux Tariq Oubrou, qui prône la discrétion et de ranger les foulards dans les poches, en sera immanquablement le grand mufti. Je ne donne alors pas cher de la peau du Conseil Français de Culte Musulman (C.F.C.M.) et autres Instance de Dialogue avec l’Islam de France (I.D.I.F.) qui passeront pour fondamentalistes à côté de la succursale élyséenne que va nous concocter son futur concessionnaire. Mais ceux qui le veulent peuvent toujours y échapper. Comment ? Eh bien en se cassant comme moi !
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.