Télécharger l’article en pdf ici.
.
Malgré l’état d’urgence et le Ramadan, ceux qui se font passer pour des « coreligionnaires » des Musulmans continuent de commettre des turpitudes avec pour conséquence d’avoir raison de la raison. Pour lutter contre ce prétendu « terrorisme islamique », le Gouvernement Macron/Philippe – mais ça aurait pu être n’importe quel autre régime de droite, de gauche, du centre ou des extrêmes – va pérenniser les mesures extraordinaires les plus caractéristiques de l’inefficace état d’urgence en les intégrant de façon permanente à la loi ordinaire. Et ce sera avec l’approbation quasi unanime d’une population apeurée et manipulée, puisque le projet de loi antiterroriste n’entend mettre à mal que les libertés individuelles de leurs boucs émissaires préférés. Suivez mon regard !
Il est clair que le projet de loi  proposé par le Gouvernement vise en particulier la Communauté Musulmane et principalement  à fermer les « lieux de culte au sein desquels sont tenus des propos constituant une provocation à la haine ou à la violence ou une provocation à la commission d’actes de terrorisme ou faisant l’apologie de tels actes ». La répression ne se limitera plus aux seuls « propos » mais devrait s’étendre aux « idées »« théories » ou « activités » suscitant « la discrimination »« la haine »«  la violence » et « la commission d’actes de terrorisme en France ou à l’étranger ». On ne pourra donc plus dire du mal de ceux qu’on n’aime pas en public, y compris de sa belle-mère !
Les perquisitions administratives, de jour comme de nuit, les assignations à résidence et autres fermetures de lieux de culte seront ainsi en toute légalité plus aisément ordonnées par les Préfets, qui rappelons-le sont sous l’autorité directe du Ministre de l’Intérieur, avec l’autorisation du Parquet et sous l’œil bienveillant des Juges Administratifs. Ainsi les mesures préfectorales, même arbitraires et violant les libertés fondamentales, deviendront de simples formalités ; elles ne pourront plus être corrigées par les Juges Judiciaires qui garantissaient jusqu’à présent les libertés publiques, mais seulement par les Tribunaux Administratifs et le Conseil d’Etat. Il faudra donc dorénavant encore plus se tenir à carreau et surtout éviter de déplaire au Pouvoir, mais il y en a plein qui n’auront pas à se forcer.
Il est inconcevable qu’un Musulman instruit et convaincu de l’authenticité de sa religion puisse sciemment s’abaisser à s’attaquer à des innocents et à commettre des crimes injustes et impardonnables[1] en perpétrant des attentats sur la voie publique. On se demande alors pourquoi, hormis par facilité ou par ostracisme, les Forces de l’Ordre s’obstinent-elles à réprimer certains spécimens à l’aveuglette dans certaines sphères (salafistes et islamistes) au lieu de privilégier la prévention et le renseignement au sein des milieux du « terrorisme amateur », c’est-à-dire en ciblant en priorité les primo-délinquants et/ou les frustrés récemment ré-islamisés mais incultes religieusement ?
Si ça peut rassurer alentour sur leurs bonnes intentions, à condition que ça se fasse discrètement et respectueusement, je ne pense pas (sauf pour ceux qui sont en dehors des clous) que les Musulmans ordinaires s’offusquent plus que ça si des Services de Renseignement en venaient à enquêter sur leurs occupations et leurs emplois du temps. Néanmoins, il s’en trouvera toujours pour faire la fine bouche et pour invoquer le respect de la vie privée, et le droit à la liberté d’expression ou de conscience, et patati, et patata…  Lorsqu’on n’a absolument rien à se reprocher, faire l’objet d’écoutes téléphoniques et de filatures – qu’elles soient légales ou pas d’ailleurs – ne devrait avoir aucune espèce d’importance et d’incidence. Pour moi, en tous cas, ça vaut mille fois mieux que les perquisitions et les assignations à résidence arbitraires, mais comme dit le dicton, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas !
[1] « C’est pourquoi Nous avons prescrit sur les Enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne, -à moins qu’en échange d’une autre ou à cause d’un désordre commis sur la terre -… rien d’autre, alors : c’est comme s’il avait tué tous les gens ensemble. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les gens ensemble. » (Coran 5 :32). Quiconque intentionnellement tue un croyant, sa récompense alors est la Géhenne (l’Enfer), d’y demeurer éternellement. Et sur lui la colère de DIEU, ainsi que Sa malédiction, tandis qu’IL lui a préparé un énorme châtiment. » (Coran 4 :93).
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.