Télécharger l’article en pdf ici.
.
Il n’y a de bonne et saine curiosité que celle qui vise à se cultiver en recueillant des éclaircissements sur ce qui est utile et profitable. Par opposition, se mêler de la vie privée d’autrui est inconvenant et s’intéresser à des futilités est ridicule. Ridicule, c’est justement ce qui caractérise ceux qui posent des questions idiotes en se croyant brillants. Mais, comme disait en ses termes le très (im)pertinent Pierre Desproges, tant qu’ils n’ont pas ouvert la bouche on ne peut pas mesurer l’ampleur de leur « intelligence ». Par charité islamique, je tairai les noms de ceux qui m’ont librement inspiré le présent article et qu’ils ne pourront que condamner pour sa méchanceté inqualifiable. Mais ne comptez pas sur moi pour mentir à ceux qui se sentiront visés avec du : « Mais non, idiot, toi tu n’es pas concerné ! ».
Parlons d’abord de ceux qui ont le cerveau encore enveloppé dans l’emballage d’origine et qui, pour résoudre leurs équations, au lieu d’étudier et de s’inspirer de l’abondante littérature islamique dont on dispose aujourd’hui – qu’elle soit livresque (à l’ancienne) ou sur Internet (à la contemporaine) – se contentent de solliciter les fatwas de leurs « mandarins » favoris. Cependant, les « professionnels du par cœur sans raisonnement personnel » ne sont guère qualifiés pour les satisfaire, puisqu’ils ne connaissent que les problèmes décrits dans leurs saints grimoires (avec tout le respect qu’on porte aux nobles enseignements) et méconnaissent totalement ce qui se passe dans la vraie vie, celle moderne et extra-islamique où vivent les pauvres idiots qui les sollicitent pour un oui ou pour un non.
Ce qui est rageant, en particulier pour ceux qui croient dur comme fer aux vertus de la démocratie (qui est, vu sous un angle pragmatique, la dictature des plus nombreux et des plus bêtes), c’est que beaucoup de gens s’attachent méticuleusement à négliger ce qui est primordial et nettement précisé mais portent une importance démesurée aux frivolités et à ce qui est obscur.[1] DIEU et Son Saint Prophète Mohammad (ص) ont pourtant clairement mis en garde contre ce qui est dépourvu d’intérêt[2] et engagé à se désintéresser des sujets inutiles.[3] C’est tout dire, et il faudrait être idiot pour ne pas suivre leurs conseils.
Parmi les questions idiotes, il y a celles qui affichent franchement leurs motifs, du genre : « Ma femme m’a cassé mes lunettes, est-ce que c’est une cause de divorce ? » ou – version féminine pour respecter la parité – : « Mon mari est-il en droit de m’empêcher de travailler ? ». Puis, il y a ces interrogations qui ont le don d’énerver lorsque la réponse est évidente, comme : «  Tu fais des gâteaux ? » ou bien : « Vous allez où avec cette arme Monsieur Ravaillac ? » (Notez que j’ai privilégié le patronyme Ravaillac à ceux de Merah, Coulibaly, Kouachi, etc., pour éviter toute provocation). Enfin, n’oublions pas les « démonstrations » de ceux qui veulent à tout prix avoir raison d’avoir tort et les demandes indiscrètes qui ont le don d’exaspérer: « Tu vas où ? », et auxquelles personnellement je réponds du tac au tac : « T’es de la police ? ». À question idiote, réponse idiote !
Et que dire de ces discussions contrariantes et autres théories à côté de la plaque où nos « Einstein » en herbe s’illustrent brillamment, en s’appliquant méticuleusement à faire étalage de leur ignorante intelligence et en insistant lourdement (et avec obstination) sur l’inverse de ce que leurs interlocuteurs croient ou font. On connaît tous de ces petits futés qui prennent un malin plaisir à vous couper la parole à tout bout de champ et à vous contredire, en avançant des arguments crétins ou en objectant des « oui mais… » ou des «  mais attention ! ». Et n’oublions pas non plus ceux qui se distinguent par leurs démonstrations interminables en reprenant à leur compte, mais en d’autres termes, ce que vous venez tout juste de leur expliquer. Et enfin ceux qui émaillent vos propos et vos déboires, d’insupportables « tu vois, je te l’avais dit ». Alors, en définitive, je ne vous demanderai surtout pas si c’est à se taper la tête contre les murs, parce la question serait idiote
[1] « C’est Lui qui sur toi a fait descendre le Livre : il s’y trouve des versets renforcés – qui sont la prescription-mère, – et d’autres qui peuvent prêter au doute. Les gens, donc, qui ont le dévoiement au cœur, en quête de dissension et en quête d’interprétation, y cherchent ce qui prête au doute, – alors que nul n’en sait l’interprétation, que Dieu ; – et ceux qui sont bien enracinés dans la science disent : « Nous y croyons : tout est de la part de notre Seigneur ! » Mais, seuls ne se rappellent sans cesse que les doués d’intelligence – » (Coran 3 :7).
[2] «  Et ne cours pas après ce dont tu n’as science aucune. » (Coran17 : 36). « Ô DIEU préserve nous de toute science (ou connaissance)  inutile. » (Mouslim, Alou Daoud, Ibn Majah, An-Nasa’i, At-Tirmizhy).
[3] Ho, les croyants! Ne posez pas de questions sur des choses qui, si elles vous étaient exposées, vous nuiraient. Et si vous posez des questions à leur sujet, cependant qu’on en est à faire descendre le Coran, elles vous seront exposées. Dieu vous en a donné rémission. Et Dieu est Pardonneur, Patient. » (Coran 5 :101).
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.