Télécharger l’article en pdf ici.
.
On reproche à l’Islam de se mêler de politique mais, au sein des mosquées, il est plus souvent question du prix du kilo de datte ou de merguez en vigueur il y a quatorze siècles que de ce qui se passe de nos jours de par le monde, que ce soit en termes d’élections, de harcèlement sexuel, d’actes de guerre ou de terrorisme, entre autres. Comme d’habitude j’exagère à peine, mais on me concèdera que les prédicateurs du vendredi mettent rarement en corrélation l’actualité contemporaine et les enseignements divins (le Coran) et prophétiques (les Hadiths). Pourtant, les prêches de nos sermonneurs seraient bien plus captivants et mobilisateurs s’ils étaient consacrés aux sujets qui préoccupent directement leurs ouailles dans leur vie quotidienne.
Les tribunes de la prière hebdomadaire de Joumouat, qui réunissent de grandes assemblées, sont autant d’occasions gâchées de faire passer des messages essentiels. Au lieu de ça, on s’y attache à défoncer les portes ouvertes en enseignant méticuleusement à ceux qui font la prière qu’il faut faire la prière, à ceux qui jeûnent qu’il faut jeûner, à ceux qui font la charité qu’il faut être généreux, aux pêcheurs qu’il faut se repentir et autant de généralités soporifiques agrémentées de citations de circonstance. Par contre, il n’est quasiment jamais question de commenter « religieusement » l’information courante pour faire réfléchir les fidèles sur les conclusions à en tirer et développer chez eux un sens de l’observation et de la critique qui leur fait cruellement défaut. Notamment, ne faut-il pas sensibiliser les croyants sur le fait qu’ils ne doivent tolérer sous leur toit aucune pratique contraire à la religion ? Mais c’est tout un programme !
Ceux que les médias et les islamophobes qualifient de « racaille musulmane » ne sont pas des extraterrestres mais bien trop souvent la progéniture mal-élevée de ceux-là même que nous côtoyons dans les lieux de culte musulmans. Si des gamins livrés à eux-mêmes, qui traînent dans les quartiers dès le plus jeune âge, qui quittent l’école prématurément et qui sont dépourvus de convictions religieuses ne sombraient pas dans la délinquance, ça tiendrait du miracle. Pour être clair, net et précis, les dérives de ces « vauriens » incombent essentiellement à leurs géniteurs, lesquels ne réalisent qu’ils ont négligé leur rôle d’éducateur que lorsque le domicile familial fait l’objet de perquisitions judiciaires ou lorsqu’ils retrouvent leurs rejetons au poste de police ou à la morgue, malheureusement.
Pour rester tout à fait objectif, convenons qu’il n’y a pas que les « défavorisés » qui se comportent de façon détestable. Il y a aussi au sein de la Communauté Musulmane des délinquants en col blanc qui discréditent les chaires des mosquées et les podiums des salles de conférence en délivrant des recommandations auxquelles ils n’ont aucun scrupule à déroger personnellement.[1] Sans entrer dans les détails, en rendant ces escrocs plus tristement célèbres qu’ils ne le sont déjà, je citerai plus précisément ces crapules qui gèrent des mosquées en privilégiant leur profit personnel et ces pervers narcissiques qui abusent de la faiblesse de femmes vulnérables en les enjôlant. Signalons quand même que toute similitude avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé pourrait n’être que fortuite.
Il est naturel que les proches, de bonne foi, défendent bec et ongles des malfaiteurs tant que ces derniers n’ont pas été formellement confondus et condamnés par la justice. Quant à certains inconditionnels, leur comportement est irrationnel. Ils ne voient dans les plaintes et les charges dirigées contre des Musulmans qu’injustice, complot (sioniste ?) et manipulation (médiatique ?), avant même d’avoir analysé objectivement ce qui est reproché. Certes, il faut prendre avec précautions les accusations formulées par des scélérats[2] mais, quand les faits sont avérés, il faut faire preuve d’honnêteté intellectuelle et reconnaître la culpabilité de ceux qui ont dérogé aux règles et se sont écartés du droit chemin.[3] C’est une généralité, mais cette fois elle est plus que d’actualité !
[1] « Ho, les croyants ! Pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas ? C’est en grande détestation auprès de DIEU, de dire ce que vous ne faites pas ». (Coran 61 :2,3.)
[2] « Ho, les croyants ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, alors cherchez la preuve, parce que, dans l’ignorance, vous porteriez atteinte à un peuple, et qu’ensuite vous auriez regret de ce que vous avez fait ». (Coran 49 :6).
[3] Ho, les croyants ! Allons ! Debout, témoins pour DIEU avec justice ! Fût-ce contre vous-mêmes ou contre père et mère ou proches parents, et qu’il s’agisse d’un riche ou d’un besogneux ; car DIEU a priorité sur les deux. Ne suivez donc pas les passions, afin d’être justes. Si vous louvoyez ou si vous devenez indifférents, alors oui, DIEU demeure bien informé de ce que vous faites. » (Coran 4 :135).
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.