Télécharger l’article en pdf ici.
.
Il n’y a pas que les insultes, les invectives et les railleries – réprimées par la loi – pour témoigner du racisme et de ses avatars, l’antisémitisme, l’islamophobie, le nationalisme, le sexisme, etc.  Quand bien même ils s’en défendent ou tentent de le travestir, le racisme est avéré chez ceux qui font une fixation et une généralisation sur un groupe d’individus. Les Arabes et les Noirs par-ci, les Occidentaux et les Blancs par-là. Les Migrants (ou Emigrés) par-ci et les Autochtones par-là. Les Juifs et les Chrétiens par-ci et les Musulmans par-là. Les Chiites par-ci et les Sunnites par-là. Les Salafis, les Soufis, les Tablighis, les Frères Musulmans par-ci et les Musulmans modérés par-là. Les Marocains et les Tunisiens par-ci et les Algériens par-là (et inversement). Et sans oublier les différentes ethnies africaines par-ci par-là. C’est d’autant plus idiot que personne n’est totalement identique ou forcément d’accord avec ceux auxquels les petits esprits les apparentent.
Il est une sagesse populaire que tout un chacun serait avisé de se remémorer plus souvent qu’à l’ordinaire : « Il y a des bons et des mauvais partout ! ». Quand des migrants perpètrent des méfaits, c’est l’immigration qui est accusée de tous les maux. Quand un groupuscule identitaire commet des profanations de mosquées ou des agressions personnelles, leur bled tout entier est soupçonné de fascisme. Quand le régime israélien riposte de façon disproportionnée aux bravades palestiniennes, les Juifs du monde entier sont génétiquement incriminés. Et quand des Musulmans ont des comportements extrémistes, l’ensemble de leurs coreligionnaires est suspecté d’avoir les mêmes velléités. Et les membres de ces communautés auront beau vivement condamner ceux des « leurs » qui se comportent mal, leurs détracteurs ne manqueront jamais de « les mettre dans le même sac ».
Par contre, il est excessif de percevoir systématiquement de l’ostracisme chez ceux qui dénoncent les travers des membres d’un ensemble humain auquel ils n’appartiennent pas. L’intolérance, le sectarisme, l’injustice voire la mécréance doivent pouvoir être pointés lorsqu’ils sont fondés et tant que les cas isolés ne sont pas étendus à la totalité de leurs « semblables ». Et ceux qui se piquent de condamner les exactions des « étrangers à leur communauté » doivent accepter en retour que les leur soient fustigés comme il se doit quand ils le méritent. De bonne foi personne ne pourra jamais affirmer que le bon droit est toujours et uniquement dans son camp.
C’est par contre assurément de mauvaise foi que d’aucuns accusent l’Islam de maltraiter les non-Musulmans.[1] Les mérites des communautés humaines sont reconnues par le Coran[2] et seuls les éléments qui se comportent mal sont condamnés au sein des populations,[3] jamais l’intégralité. L’injustice est de surcroît réprouvée même envers les ennemis.[4] Il en va malheureusement autrement de ceux qui se prétendent les disciples du Prophète Mohammed (ص) et omettent sciemment ses recommandations.[5] Sans vergogne, nombre d’entre eux, manifestent du racisme jusqu’envers leurs « frères » dans la foi en refusant de les marier à leur fille, de les inviter à manger ou à ce qu’ils dirigent les offices de prière, les mosquées ou les associations islamiques, uniquement à cause de leur couleur de peau, de leur nationalité ou de leur orientation religieuse…
Le vrai racisme, c’est d’abominer l’autre pour la simple raison qu’il est différent, de le mépriser en fonction de critères subjectifs et de faire une fixation sur tous ses faits et gestes en leur donnant une connotation négative et en arguant de justifications absurdes. S’il s’opère surtout entre des individus d’origines, de cultures, de nationalités, de sexes, ou de cultes différents, il n’épargne pas les nantis vis-à-vis des défavorisés ou les érudits par rapport aux illettrés. Et pour en finir avec la patrie des droits de l’homme, le prétexte d’un supposé « grand remplacement » suffit à ses chauvins pour que ses grands principes de démocratie, de liberté d’expression, d’égalité de traitement et de fraternité bienveillante disparaissent comme par enchantement.
[1] Le Prophète de l’Islam a dit : «Si quelqu’un cause des torts à un sujet non-Musulman, ou diminue son droit, ou le force à travailler au-delà de ses capacités, ou prend de lui quoi que ce soit sans son consentement, je plaiderai pour lui le Jour du Jugement dernier. » (Abou Daoud 19/33). « (Le Calife Omar) dit : … et j’adresse encore des recommandations concernant ceux qui sont sous la protection de DIEU et de son Envoyé (Dhimmis) : « il faut observer fidèlement les engagements pris envers eux, combattre pour les défendre, et ne pas leur imposer de charges au-dessus de leurs forces »» (Boukhary 56/174/1).
[2] « Ô enfants d’Israël, rappelez-vous Mon bienfait dont Je vous ai comblés lorsqu’en vérité Je vous donnais excellence au-dessus des mondes. » (Coran 2 :47). « Et quand Moïse dit à son peuple : « O mon peuple ! Rappelez-vous le bienfait de DIEU sur vous lorsqu’IL a désigné parmi vous des Prophètes ! Et II a fait de vous des rois. Et Il vous a donné ce qu’IL n’avait donné à nul de par les mondes ». » (Coran 5 :20). « Tu trouveras à coup sûr dans les Juifs et les faiseurs de dieux, les plus forts en fait d’inimitié Et tu trouveras à coup sûr les amis les plus proches des croyants dans ceux qui disent :  » Nous sommes Nazaréens (Chrétiens). » C’est qu’il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne s’enflent pas d’orgueil. » (Coran 5 :82).
[3] « CEUX des gens du Livre qui mécroient, ainsi que les faiseurs de dieux ». (Coran 98 :1,6) – « CEUX des Enfants d’Israël qui ont mécru ont été maudits par la langue de David et de Jésus fils de Marie. Parce qu’ils désobéissaient. Et ils transgressaient, en effet, sans s’interdire entre eux ce qu’ils faisaient de blâmable. Comme est mauvais, certes, ce qu’ils faisaient. » (Coran 5 :78-79).
[4] « Ho, les croyants ! Allons ! Debout, témoins pour DIEU avec justice ! Et que la haine d’un peuple ne vous incite pas à ne pas faire l’équité. Faites l’équité : c’est plus proche de la piété. Et craignez DIEU. Oui, DIEU est bien informé de ce que vous faites. » (Coran 5 :8). «Ho, les croyants ! Allons ! Debout, témoins pour DIEU avec justice ! Fût-ce contre vous-mêmes ou contre père et mère ou proches parents, et qu’il s’agisse d’un riche ou d’un besogneux ; car DIEU a priorité sur les deux. Ne suivez donc pas les passions, afin d’être justes. Si vous louvoyez ou si vous devenez indifférents, alors oui, DIEU demeure bien informé de ce que vous faites. » (Coran 4 :135).
[5] « L’Arabe n’a pas de mérite sur le non-Arabe, ni celui-ci sur l’Arabe, le blanc n’a pas de mérite sur le noir, ni celui-ci sur le blanc ; sauf par la piété » (Sermon du Prophète (ص) lors du pèlerinage d’adieu). « Ecoutez et obéissez, même si vous avez pour chef un Abyssin dont la tête ressemble à un raisin sec. » (Boukhary 10/54/2 – 10/56/1 – 93/4/1).
Publicités

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.