Télécharger l’article en pdf ici

.

JpegD’abord, à toutes fins utiles, pour éviter l’acrimonie voire l’inimitié de tous ceux (trop nombreux) qui pourraient inexorablement se sentir visés par le présent billet, je le ferai prudemment précéder de la mention hypocrite d’usage : « Toute similitude avec des événements ou des personnages existants ou ayant existé ne saurait être que fortuite ». Ceci dit, les dommages collatéraux subséquents ne devraient alors toucher que les paranoïaques incurables, imbus de leurs petites personnes, qui n’ont par essence aucune disposition à l’autodérision et à supporter la moindre remarque désobligeante.
Ça vous est sans doute parfois arrivé de déplorer d’avoir la flemme de chez Flemme ? Eh bien vous avez de la chance parce qu’il y en a qui non seulement ne connaissent que ça mais s’en accommodent fort bien et s’en font même les ambassadeurs itinérants en représentation permanente. Et c’est contagieux comme le fou rire cette pandémie-là, car il suffit qu’un porteur vous fréquente (en tout bien tout honneur) pour que cette saloperie de virus vous atteigne illico, déclenchant chez vous un délire verbal symptomatique, insidieux et récurrent : « Eh bien moi aussi ! Il n’y a pas de raison !!! ».
L’engagement désintéressé pour servir Sa religion devrait être naturel chez tout Croyant alors qu’il se révèle à présent très peu spontané chez bon nombre de Musulmans (Tablighis exclus). Le confort et la paresse n’y sont pas étrangers, tout comme l’avarice d’ailleurs, à partir du moment où il n’y a rien à gratter matériellement (un petit €uro par-ci, par-là) – bien au contraire puisqu’il faut y aller de son écot et de son dynamisme[1] – ou honorifiquement (une petite promotion sociale ou une médaille en chocolat ?). Bien qu’inavouable, la fainéantise est considérée par ses adeptes comme un défaut mineur alors qu’elle engendre des comportements hypocrites[2] et est très souvent préjudiciable à autrui.
Ainsi, pour se soustraire à certains engagements ou lorsqu’ils y faillissent, d’aucuns n’hésiteront pas à mentir effrontément pour se disculper, en invoquant des justifications imaginaires (familiales, professionnelles, etc.), au lieu d’avouer franchement qu’ils ne sont en fait que des gros flemmards. Et comme les bobards et les échappatoires finissent toujours par s’éventer, la réputation des paresseux professionnels en prend forcément un coup dans la vraie vie[3] et ne fait pas que réduire le nombre de leurs amis sur Facebook, Twitter ou Second Life
À l’instar de la nonchalance, l’avarice ne vaut guère mieux en termes de vice, de notoriété négative et d’inhibition. Car quand quelqu’un a du mal à sortir son porte-monnaie ça se voit, même quand il fait tout pour le dissimuler. Et que c’est laid !!! Les avares restreignent généralement leurs débours à leur satisfaction personnelle et n’éprouvent guère de plaisir, voire aucun, à dépenser gracieusement pour les autres, fut-ce pour l’amour de DIEU. Étonnamment, contrairement à leur Prophète (ص), à partir du moment où il n’y a aucune contrepartie ça ne les branche pas le moins du monde de débourser.[4]
Inutile de préciser que le financement des œuvres sociales et autres causes humanitaires, islamiques ou pas, n’enthousiasme guère les rapiats. En bons parasites, ils se contentent de consommer sans produire ni contribuer et se contentent de satisfaire leurs besoins au sein des mosquées (dans tous les sens du terme), sans se soucier d’où ces édifices religieux ont bien pu sortir, du comment ils peuvent bien fonctionner et si leurs finances sont équilibrées. Pendant ce temps, pour éviter la banqueroute, les généreux donateurs payent la part des profiteurs en plus de la leur, sachant que leur compte à eux se crédite dans l’Au-delà, avec des intérêts (licites ceux-là) qui courent par-dessus le marché !!!
[1] « Ho, les croyants ! Vous indiquerai-je un marché qui vous sauvera d’un châtiment douloureux ? Vous croirez en DIEU et en Son messager, et vous lutterez de biens et de corps dans le sentier de DIEU ! – c’est mieux, pour vous, si vous saviez ! IL vous pardonnera vos péchés et vous fera entrer aux Jardins sous quoi coulent les ruisseaux, ainsi qu’aux demeures excellentes dans les jardins d’Éden. Voilà l’énorme succès ! » (Coran 61 :10-12). « Rien d’autre : sont croyants ceux qui croient en DIEU et en Son messager, puis ils ne doutent point, cependant qu’ils luttent de biens et de corps dans le sentier de DIEU. C’est eux les véridiques. » (Coran 49 :15). « On demanda à l’Envoyé de DIEU (ص) quel était l’homme le plus méritant. Il répondit : « C’est le croyant qui lutte dans la voie de DIEU en prodiguant sa personne et ses biens« . » (Boukhary 56/2/1)
[2] « Quatre choses, lorsqu’elles se rencontrent chez un individu, en font un parfait hypocrite : Mentir quand il parle, manquer à sa promesse, trahir les engagements pris, être de mauvaise foi lorsqu’il pactise. Celui chez qui se trouve une seule de ces quatre choses sera atteint de quelque hypocrisie jusqu’au moment où il s’en sera débarrassé ». (Boukhary 58/17/1 et aussi 46/17/1 – 52/28/2 – 55/8/1).
[3] « Ne mentez pas car le mensonge mène à l’impiété et l’impiété mène à l’Enfer. L’homme qui use régulièrement de mensonge en viendra à être inscrit auprès de DIEU comme un grand menteur. Soyez véridiques car la véracité mène à la piété et la piété mène au Paradis. L’homme qui dit toujours la vérité en viendra à  mériter le nom de très véridique  ». (Boukhary 78/69/1 – Abou Dawoud 40/80)
[4] « L’Envoyé de DIEU (ص) a dit : « Vous ne me trouverez jamais ni avare, ni menteur, ni poltron ». »(Boukhary 56/24/1 – 57/19/6).
Advertisements

À propos de integritydyl

@DYLeclercq RÉPONDRE A L'ISLAMOCLASTIE PAR L'IRONIE IRRESPECTUEUSE

Les commentaires sont fermés.